Vous êtes ici
Accueil > Chroniques > JANE WEAVER – Modern Kosmology (2017)

JANE WEAVER – Modern Kosmology (2017)

JANE WEAVER - Modern Kosmology (2017)1. H>A>K
2. Did You See Butterflies?
3. Modern Kosmology
4. Slow Motion
5. Loops In The Secret Society
6. The Architect
7. The Lightning Back
8. Valley
9. Ravenspoint
10. I Wish

Acheter sur Amazon.fr

Date de sortie : 19 mai 2017 / Label : Fire Records / Pays d’origine : Royaume-Uni

Si nous n’avons découvert Jane Weaver que très, très tardivement à l’occasion du festival Les Femmes s’en Mêlent l’an dernier, « Modern Kosmology » est déjà son 7ème album studio ! Cette artiste britannique a aussi bien connu la Britpop pendant les années 90 avec Kill Laura que l’Electro Folk avec Misty Dixon avant de sortir un premier album en 2002. On avait senti cette expérience en concert, cette aisance dans le jeu et sa maturité d’écriture.

« The Silver Globe » sorti en 2014 était un bijou de Pop expérimentale, raffiné et audacieux. Aujourd’hui Jane Weaver poursuit ce voyage sonore avec la même touche cosmique et un goût prononcé pour les ambiances cinématographiques. On pense souvent à l’écoute de ce nouvel album à des groupes tels que Broadcast, Air ou Stereolab, mais Jane Weaver a depuis bien longtemps passé le cap des comparaisons et mène sa barque avec force et passion.

Si sa musique repose surtout sur une atmosphère planante et un tempo relativement calme, son sens de la mélodie est pourtant bel et bien un remède idéal contre l’ennui. Elle parvient sur la plupart de ses compositions à faire émerger une foule d’émotions, notamment sur le premier single « Slow Motion » ou « Did You See Butterflies » dont le mélange entre les guitares, les claviers et le chant atmosphérique évoque les premiers disques de Lush. L’ambiance générale possède également une touche légèrement rétro, proche des compositions de Serge Gainsbourg dans les années 60. Mais Jane Weaver est bien une artiste d’aujourd’hui, elle sait mettre à profit tous les instruments et la technologie moderne en se reposant sur des bases musicales plus profondes héritées de la Pop 60’s et même du Jazz (la rythmique de « Modern Kosmology » par exemple).

Jane Weaver assemble ainsi chaque pièce de son puzzle pour obtenir un résultat dont la beauté mélodique prend aisément le dessus sur son caractère expérimental. « Modern Kosmology » devient alors une œuvre d’art qui ne regarde pas son public d’en haut mais qui reste au plus près de lui, tout en restant magique et hypnotisante.

Pour plus d’infos :

Festival Les Femmes s’en Mêlent – Le Divan du Monde, Paris, jeudi 31 mars 2016 : galerie photos

https://janeweavermusic.com/
https://www.facebook.com/janeweavermusic/
https://twitter.com/JanelWeaver

Vous aimerez aussi…

Laisser un commentaire

Top