Vous êtes ici
Accueil > Chroniques > JESCA HOOP – The House That Jack Built (2012)

JESCA HOOP – The House That Jack Built (2012)

JESCA HOOP - The House That Jack Built (2012)1. Born To
2. Pack Animal
3. Peacemaker
4. Hospital (Win Your Love)
5. The House That Jack Built
6. Ode To Banksy
7. Dig This Record
8. D.N.R.
9. Deeper Devastation
10. When I’m Asleep

Acheter sur Amazon.fr

Date de sortie : 25 juin 2012 / Label : Last Laugh Records – Bella Union / Pays d’origine : Etats-Unis

Avec son dernier album intitulé ‘Hunting My Dress’, Jesca Hoop nous avait laissé entrevoir plein de belles choses. Plus abouti et homogène que son premier opus ‘Kismet’, qui rassemblait les premières compositions de cette artiste qui s’est lancée tardivement à l’âge de 27 ans, c’était un somptueux mélange de Folk et de Pop élaborée. ‘The House That Jack Built’ est  aujourd’hui bien plus remarquable pour son énergie et la multitude de ses arrangements. Avec une fabuleuse entrée en matière : ‘Born To’, résolument Rock et explosif, à l’image de sa superbe pochette, mais pas seulement… C’était peut-être le tube qu’il lui manquait : un refrain imparable, mais un break composé de choeurs qui nous rappellent également la ‘couleur’ de sa musique, avec une touche ‘World Music’ que l’on distinguait déjà sur plusieurs de ses anciennes compositions. Un titre audacieux et vraiment marquant qui nous met dans les meilleures dispositions pour écouter le reste de l’album.

Et la bonne nouvelle, c’est que la suite n’a pas grand chose à envier à ce coup d’éclat. Si l’on retrouve dès ‘Pack Animal’ une atmosphère plus proche de ce à quoi Jesca Hoop nous avait habitués jusqu’ici, le crescendo des voix qui s’opère subrepticement tout au long du morceau le rend particulièrement séduisant. Puis on repart dans une atmosphère plus Rock sur ‘Peacemaker’, en conservant toujours cette touche empruntée aux musiques du monde. D’un titre à l’autre, l’Américaine enchaîne un condensé de ce qu’elle sait faire de mieux. Alors que la première moitié de ‘Hospital (Win Your Love)’ évoque ce qu’elle faisait à l’époque de ‘Kismet’, voilà qu’un refrain ultra-pop à la Cyndi Lauper prend le relais. Et à chaque fois Jesca Hoop vise dans le mile, c’est irrésistible. L’ensemble est vraiment magnifié par cette énergie positive, comme sur l’impeccable ‘Ode To Banksy’.

‘The House That Jack Built’ est finalement l’album d’une chanteuse en pleine confiance artistique, aussi bien au niveau du chant, avec le titre du même nom, que de sa musique toujours imprévisible. Derrière chaque chanson se cache une surprise, un facteur inconnu. Non seulement Jesca Hoop ne se répète pas, mais elle impose définitivement un style qui lui est propre, peu comparable avec les autres chanteuses de sa génération, et ça, c’est déjà un bel exploit. Une musique qui touche au corps et au cœur.

Titres conseillés : à peu près tous!

Pour plus d’infos :

Regarder la session acoustique de Jesca Hoop, le 17 juillet 2012

Lire l’interview de Jesca Hoop, le lundi 29 mars 2010
Lire la chronique de ‘Hunting My Dress’
La Maroquinerie, Paris, lundi 29 mars 2010 : galerie photos / compte-rendu

http://www.jescahoop.com/
http://www.facebook.com/JescaHoopMusic
http://twitter.com/jescahoop

Vous aimerez aussi…

JESCA HOOP - Hunting My Dress (2010)JO HAMILTON - Gown (Special Edition - 2011)THEA HJELMELAND - Oh, The Third... (2012)

Articles similaires

Laisser un commentaire

Top