Vous êtes ici
Accueil > Chroniques > THE CURE – Seventeen Seconds (1980)

THE CURE – Seventeen Seconds (1980)

THE CURE - Seventeen Seconds (1980)

1. A Reflection
2. Play For Today
3. Secrets
4. In Your House
5. Three
6. The Final Sound
7. A Forest
8. M
9. At Night
10. Seventeen Seconds

Acheter sur Amazon.fr

Date de sortie : 28 mars 1980 / Label : Fiction / Pays d’origine : Royaume-Uni

1980. The Cure, qui n’était alors que l’auteur d’un sympathique album rock (Three Imaginary Boys) mais qui n’avait pas encore réellement trouvé sa véritable direction musicale, va nous offrir un disque qui va littéralement changer la donne à tout jamais, non seulement dans la carrière du groupe, mais de la hiérarchie du rock telle que nous la connaissions.

C’est encore (déjà !) l’époque des changements de lineup au sein du groupe. Exit Michael Dempsey, bassiste au style énervé d’un ‘Jumping Someone Else’s Train’. C’est Simon Gallup, future figure incontournable du groupe qui le remplace. Aux dires de Robert Smith lui-même, The Cure n’était pas encore très bon techniquement à l’époque. Il a donc fallu trouver le moyen de se distinguer. Et avec ‘Seventeen Seconds’ le groupe l’aura probablement mieux fait que quiconque. L’acte fondateur de la New Wave en quelque sorte. Un disque court (35’40) qui rassemble néanmoins 10 morceaux qui vont faire de Cure les fondateurs d’un nouveau mouvement, et – le terme viendra plus tard – d’une trilogie qui restera gravée dans la mémoire collective du rock.

Peut-être peut-on déjà sentir que le groupe tourne beaucoup et, surtout, qu’il boit et se drogue de plus en plus, jusqu’au quasi point de non retour, après l’enregistrement de Pornography. Ce trio au premier abord plutôt commun nous fait donc ainsi partager son début de dépression, teintée de poésie et de violence sous-jacente. Car ici, dans tout ce qui crée l’atmosphère froide des titres (notamment le génial ‘A Forest’), la violence et la rage interne de Robert Smith est encore toute contenue, tout comme sur Faith, avant d’exploser sur Pornography. Le chant reste posé. Tout cela confère une grande finesse à cette œuvre qui, si elle reste à jamais imprégnée de ce son ‘années 80’, n’en est pas moins un monument du genre.

Beaucoup d’instrumentaux renforcent cette ambiance sombre, de l’introduction ‘A Reflection’ au très noir ‘Three’ sur lequel on peut entendre des voix venus d’ailleurs, puis ‘The Final Sound’ et son piano sombrissime (Mais Robert, que cherches-tu à nous dire ?…).

Si ‘A Forest’ est incontestablement le grand classique de cet album, d’autre perles telles que ‘M’ et surtout l’excellent ‘Play For Today’ n’ont aujourd’hui pas pris une ride et définissent si bien la créativité et le génie de The Cure.

Aujourd’hui encore on ne s’en lasse pas. Sombre, minimaliste et grandiose à la fois.

Titres conseillés : A Reflection, Play For Today, Secrets, In Your House, A Forest, M

Articles similaires

Laisser un commentaire

Top