Vous êtes ici
Accueil > Chroniques > THE JOY FORMIDABLE – The Big Roar (2011)

THE JOY FORMIDABLE – The Big Roar (2011)

THE JOY FORMIDABLE - The Big Roar (2011)1. The Everchanging Spectrum Of A Lie
2. The Magnifying Glass
3. I Don’t Want to See You Like This
4. Austere
5. A Heavy Abacus
6. Whirring
7. Buoy
8. Maruyama
9. Cradle
10. Llaw = Wall
11. Chapter 2
12. The Greatest Light Is The Greatest Shade

Acheter sur Amazon.fr

Date de sortie : 24 janvier 2011 / Label : Atlantic Records – Canvasback Music / Pays d’origine : Royaume-Uni

Attention, voici l’une des révélations Indie Rock britanniques de ce début d’année! Ca buzz déjà pas mal outre Manche, et le groupe fera sa première date parisienne le 18 février prochain à la flèche d’Or à Paris. Ici, point trop de Britpop, mais des guitares acérées qui évoquent bien plus les groupes alternatifs américains héritiers des Breeders ou de Veruca Salt. Oui, il y a quelque chose d’un peu Grunge dans la musique de The Joy Formidable, sauf que les temps ont changé. La production et les mélodies de ce trio Gallois sont plutôt léchées, et le résultat est finalement une Pop énergique qui ne dit pas son nom.

Sous des murs de guitares, le groupe dévoile donc des chansons non seulement épiques mais aussi très accrocheuses dès la première écoute, et on entre dans le vif du sujet dès ‘The Everchanging Spectrum Of A Lie’ : couplets assez calmes portés par la voix de Ritzy Bryan suivis d’une explosion sonore sur des refrains très noisy – avec un poil de Shoegaze donc, sur ‘ I Don’t Want To See You Like This’ notamment. C’est assez caractéristique de l’ensemble de l’album d’ailleurs. The Joy Formidable semble miser beaucoup sur les déflagrations de guitares avec lesquelles ils démontrent rapidement une certaine aisance. Ce premier titre dure quand même 7’46 sans que l’on ait un seul instant l’impression de s’ennuyer. Et ce n’est pas pour autant que la tension retombe après. Le groupe semble bel et bien décidé à faire bouger les tignasses de son public avec des tubes rentre-dedans en veux-tu en voilà. ‘The Magnifying Glass’ a tout de la puissance des morceaux de Hole à leur grande époque. Cette influence Rock Alternatif des années 90 est sans doute la clé de la réussite de The Joy Formidable, on trouve dans ce disque un entrain et une énergie communicative qui se font de plus en plus rares aujourd’hui. Et même lorsque le groupe semble lever un peu le pied, au début du plus léger ‘Austere’ (les choeurs de l’intro nous font penser à ‘Let’s Go Surfing’ de The Drums), ce n’est que pour mieux relancer la machine sur un refrain aussi bruyant que décoiffant qui occupe toute la seconde moitié du titre.

Certains pourront critiquer la répétitivité d’un tel disque, qui repose presque uniquement sur cette formule énergique et ne révolutionne rien en soi, d’autres son opportunisme, car on a déjà eu l’impression dentendre des choses similaires (parmi les groupe de la même génération on pourrait les rapprocher de Sky Larkin qui nous avait tout autant séduits), mais force est de constater que la formule fonctionne admirablement bien, de bout en bout, avec quelques moments de grâce (les riffs de ‘Buoy’ ou le solo final de ‘Chapter 2’, très Smashing Pumpkins). Après quelques écoutes, et les oreilles encore bourdonnantes, le constat est sans appel : The Joy Formidable… C’est formidable!

Titres conseillés : The Everchanging Spectrum Of A Lie, I Don’t Want To See You Like This, Austere, A Heavy Abacus, Buoy, Chapter 2

Pour plus d’infos:

http://www.thejoyformidable.com/
http://www.facebook.com/thejoyformidable
http://twitter.com/joyformidable

Articles similaires

Laisser un commentaire

Top