Vous êtes ici
Accueil > Chroniques > THE DUKE SPIRIT – Kin (2016)

THE DUKE SPIRIT – Kin (2016)

THE DUKE SPIRIT - Kin (2016)1. Blue & Yellow Light
2. Sonar
3. Wounded Wing
4. Hands
5. Here Comes The Vapour
6. Pacific
7. Angola
8. Side By Side
9. 100 Horses Run
10. Follow

Acheter sur Amazon.fr

Date de sortie : 6 mai 2016 / Label : Exvoto Records – Differant / Pays d’origine : Royaume-Uni

Cinq années se sont déjà écoulées depuis le somptueux « Bruiser », troisième volet de l’impeccable discographie de The Duke Spirit. Une longue attente expliquée en partie par le projet parallèle de  Liela Moss en compagnie du bassiste et claviériste Toby Butler nommé Roman Remains. Un disque qui ne s’inscrivait effectivement pas dans la lignée de ceux de leur groupe, mais qui pouvait nous laisser nous interroger sur l’avenir du quintet londonien. Mais d’autres éléments étaient à prendre en compte, comme leur nouveau label Exvoto Records et le financement de ce nouvel album via Pledgemusic qui nécessita sans doute plus de temps.

Fort heureusement le temps n’est pas venu enrayer cette belle machine. On s’aperçoit pourtant vite que le groupe a changé et les premières écoutes de « Kin » ont de quoi surprendre car les chansons sont de prime abord moins rugueuses que ce à quoi ils nous avaient habitués. Enregistré en 2015 par le producteur Simon Raymonde, “Kin” marque effectivement une évolution sonique de la part de The Duke Spirit, avec une énergie toujours présente mais plus contenue, le son d’un groupe qui a désormais pas mal vécu. L’album comprend également de nombreux invités : Mark Lanegan, Sam Windett (Archie Bronson Outfit), Terry Edwards (PJ Harvey/Gallon Drunk), Hackneys Deep Throat Choir, Mara Caryle, ainsi que leur producteur Simon Raymonde sur quelques parties de piano.

Bref, comme tout groupe d’expérience, the Duke Spirit ne se contente pas de nous réitérer la même formule, même si les bases restent les mêmes. « Kin » est sans aucun doute plus rêveur, et orienté vers un style plutôt Dream Pop / Shoegaze évident dès le premier titre ’Blue and Yellow Light’. On craint toutefois dans un premier temps que ce disque ne manque de mordant, une impression vite effacée après quelques écoutes, et c’est effectivement dans ses instants les plus délicats que « Kin » atteint des sommets, notamment sur le très beau ‘Wounded Wing’ avec un piano plus en avant sur les couplets et une interprétation particulièrement touchante de Liela Moss. Dans le même esprit ‘Here Comes The Vapour ‘ sonne comme un titre de Beach House, totalement planant, même si c’est bien une guitare électrique qui mène le bal. Une impression qui se répétera un peu plus loin sur ‘100 Horses Run’. Mais c’est peut-être ‘Pacific’ qui tirera encore plus son épingle du jeu avec un poignant final que l’on suppose accompagné d’une scie musicale. En revanche « Hands » qui fut d’ailleurs le premier extrait dévoilé, est beaucoup plus fidèle au Rock tranchant auquel nous avait habitués le groupe, mais toujours avec cette nouvelle touche plus Noisy qui fonctionne ici à merveille. Idem pour ‘Side By Side’ où The Duke Spirit retrouve un Garage Rock pur et dur, sans concessions, et va droit au but.

« Kin » n’est donc certainement pas le plus direct de leurs disques, mais bel et bien une œuvre qui a pris le temps de mûrir, à l’image de ses auteurs. Une fois passé l’effet de surprise, on retrouve donc bien le groupe charismatique et inspiré que l’on a toujours connu. En se tournant vers d’autres horizons, The Duke Spirit a élargi sa palette musicale tout en conservant sa pertinence et son authenticité.

Pour plus d’infos :

Chroniques :

‘Bruiser’ (2011)
‘Neptune’ (2008)

http://thedukespirit.com/
https://www.facebook.com/thedukespirit/
https://twitter.com/dukespirit

Vous aimerez aussi…

THE DUKE SPIRIT - Bruiser (2011)HOWLING BELLS - The Loudest Engine (2011)THE JOY FORMIDABLE - Hitch (2016)

Articles similaires

Laisser un commentaire

Top