Vous êtes ici
Accueil > Chroniques > THE SMITHS – The Queen Is Dead (1986)

THE SMITHS – The Queen Is Dead (1986)

THE SMITHS - The Queen Is Dead (1986)

1. The Queen Is Dead
2. Frankly, Mr Shankly
3. I Know It’s Pver
4. Never Had No One Ever
5. Cemetry Gates
6. Bigmouth Strikes Again
7. The Boy With The Thorn In His Side
8. Vicar In A Tutu
9. There Is A Light That Never Goes Out
10. Some Girls Are Bigger Than Others

Acheter sur Amazon.fr

Date de sortie : 16 juin 1986 / Label : Virgin – Rough Trade / Pays d’origine : Royaume-Uni

Attention classique!!! The Queen Is Dead, l’un des albums phares de toute une génération. The Smiths est certainement l’un des groupes les plus influents sur toute l’histoire du rock anglo-saxon qui allait suivre pendant les années 90, en gros les prémices de la Britpop. Icône du mouvement indépendant britannique, le groupe illustrait parfaitement à l’époque l’état d’esprit de dégoût et de révolte notamment face au gouvernement de Margaret Thatcher.

Mais The Smiths c’est aussi la collaboration fructueuse de deux personnages, Morrissey et Johnny Marr. Issus de la classe ouvrière de Manchester, tout deux d’origine irlandaise, le cadre dans lequel ils vont grandir va profondément influencer leur style musical et leur goût pour la provocation, notamment Morrissey.

Le succès viendra vite, probablement en raison du message porté par le groupe dans lequel de nombreux jeunes se reconnaissent à l’époque. 1986 marque l’apogée des Smiths. Avec l’arrivée d’un second guitariste, Craig Gannon, le groupe enregistre ‘The Queen Is Dead’ et part en tournée aux Etats-Unis. Pourtant les problèmes commencent à se faire sérieusement sentir: Andy Rourke, le bassiste, est accro à l’héroïne, Johnny Marr entame des collaborations en dehors du groupe qui ne feront qu’augmenter les tensions avec Morrissey. Les Smiths ne s’en remettront pas et se sépareront en 1987, avec la sortie d’un album ‘posthume’, ‘Strangeways Here We Come’.

The Queen Is Dead restera donc le grand classique du groupe, presque un best Of à lui tout seul. On comprend très vite la qualité de ce disque dès le premier titre éponyme, plein d’énergie avec des textes fabuleusement outranciers envers la famille royale et l’ordre établi :

(« I said charles, don’t you ever craze
To appear on the front of the daily mail
Blessed in your mother’s bridal veil ?
Oh …
And so, I checked all the registered historical facts
I was shocked into shame to discover
I am the 18th pale descendant
Of some old queen or other”)

Le clip restera également un classique du genre, avec un (une?) adolescente androgyne, torse nu, avec le Union Jack sur les épaules.

Le reste est à la hauteur de l’ouverture, notamment l’excellent ‘BigMouth Strikes Again’, ‘The Boy With The Thorn In His Side’ ou encore ‘There Is A Light That Never Goes Out’, un énorme tube au Royaume-Uni. Les quelques lenteurs ou titres ayant moins bien vieilli (Frankly Mr Shankly ou Never Had No One Ever) passent du coup très bien dans l’ensemble, happés par l’ambiance générale de l’album. Aujourd’hui The Smiths Is Dead, mais nous leur devons beaucoup, et le groupe restera à jamais dans la légende.

Titres conseillés : The Queen Is Dead, BigMouth Strikes Again, The Boy With The Thorn In His Side, Vicar In A Tutu, There Is A Light That Never Goes Out, Some Girls Are Bigger Than Others.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Top