Vous êtes ici
Accueil > À la une > STELLA DONNELLY : « L’honnêteté c’est la clé de mon écriture »

STELLA DONNELLY : « L’honnêteté c’est la clé de mon écriture »

Stella Donnelly est arrivée sans crier gare l’an dernier avec un EP de 6 titres fait maison dont la portée fut bien plus grande que ce qu’elle espérait. Désormais signée sur la label Secretly Canadian, c’est aujourd’hui avec un album, enregistré en groupe, qu’elle revient. Un disque aux paroles libres et malicieuses dont elle nous dit tout, tout, tout !

Stella Donnelly - Interview - Paris, vendredi 25 janvier 2019

Peux-tu me parler un peu de toi ? D’où viens-tu ?

Stella Donnelly : Je viens d’une ville qui s’appelle Freemantle, à l’Ouest de l’Australie. C’est vraiment loin de tout, Perth est la ville la plus isolée du monde, nous vivons vraiment dans notre bulle là-bas. J’ai commencé à faire de la musique vers l’âge de 15 ans, mais je me suis embarquée dans de nombreuses aventures musicales pendant les années qui ont suivi, jusqu’à l’âge de 25 ans quand j’ai sorti mon EP. J’ai joué dans plusieurs groupes, chanté les chansons d’autres personnes, fait du clavier pour d’autres artistes, et plein de concerts différents. J’ai été dans un groupe Punk, un autre psychédélique, et je pense qu’il m’a fallu tout ce temps pour acquérir la confiance nécessaire avec mes paroles. J’écrivais depuis tout ce temps mais ce n’est pas avant l’âge de 25 ans que j’ai vraiment eu le sentiment d’avoir quelque chose d’important à dire, ou en tout cas tourné d’une façon plus subtile et intelligente. A 15 ans je n’avais pas encore beaucoup d’expérience, je ne connaissais pas encore grand-chose de la vie, j’étais encore un peu naïve et mes chansons n’avaient probablement pas encore autant de profondeur que celles que j’écris aujourd’hui.

Avant l’Australie, tu as grandi au Pays de Galles ?

Stella Donnelly : oui, tout à fait. Ma mère est galloise et mon père australien. J’ai donc passé quelques années là-bas où j’ai même parlé gallois et je pense que cette période a beaucoup influencé ma musique parce qu’au Pays de Galles on chante partout ! Au pub, au rugby, à l’église, tout est prétexte au chant, et mes tantes sont des personnages hauts en couleur qui jouaient et chantaient tout le temps, j’ai certainement été très influencée par leur personnalité.

 

« Thrush Metal »

 

L’année dernière tu as donc sorti ton premier EP « Thrush Metal ». Comment avait-il été réalisé, parce qu’il s’agissait principalement de toi avec ta guitare ?

Stella Donnelly : Oui. J’ai enregistré cet EP dans une buanderie avec une guitare Coréenne à 100 Dollars, c’était une Squier (la sous-marque premier prix de Fender, ndlr), le tout sur un micro vraiment pourri. Pour moi le but de cet EP était simplement de faire un cassette démo. J’en ai juste fait une trentaine, je ne m’attendais vraiment pas à les vendre. Je n’avais pas la moindre idée qu’elles allaient déclencher quelque chose et que serais aujourd’hui assise là à te parler. C’était juste une chose que je voulais faire pour me soulager, me libérer de ces chansons que j’avais en moi dans l’espoir de peut-être faire un album. J’étais sur le point de commencer un nouveau cursus à l’université, et peut-être de continuer à faire de la musique mais d’une façon un peu différente. Puis tout est devenu fou avec l’EP et maintenant nous sommes là !

Et quelle effet cette attention soudaine a-t-elle eu sur toi ou ta musique ?

Stella Donnelly : Ce fut indéniablement un choc pour mon système. J’ai beaucoup de chances de vivre à Freemantle et de pouvoir échapper à toute cette attention. Je peux me déconnecter si j’en ai envie et avoir ma vie là-bas. Mais ce fut une aventure assez sauvage, j’ai encore du mal à me rendre compte que je suis en train de la vivre et pas encore bien sûre de ce qui se passe. Je suis en tournée non-stop depuis mars l’année dernière, je n’ai fait que deux breaks. Mais je suis encore en train de digérer tout ça, ce fut un sacré choc et j’ai de la chance d’avoir des amis et ma famille qui me permettent de garder les pieds sur terre en me traitant toujours comme qui je suis, et pas quelqu’un de spécial.

Stella Donnelly - Interview - Paris, vendredi 25 janvier 2019

Tu as ensuite dû monter un groupe ?

Stella Donnelly : Oui, mais j’ai toujours eu envie d’en avoir un. Quand j’ai enregistré mon EP j’étais toute seule parce que c’est tout ce que je pouvais faire, je n’avais pas un sou à l’époque ! Maintenant j’ai un label pour m’aider et je peux enfin payer mon groupe, mes amis, pour être là, et créer ce que j’ai toujours voulu faire, c’est un rêve qui se réalise.

 

« L’album entier est une analyse géante de moi-même. »

 

Il y a une certaine légèreté dans ta musique, mais tu sonnais déjà à l’époque de cet EP comme quelqu’un qui a beaucoup de choses à dire. Penses-tu que ta musique soit un reflet de ta génération ou simplement de ton quotidien et de ton entourage ?

Stella Donnelly : Oh ! Je n’y avais jamais pensé comme étant une représentation de ma génération mais en y réfléchissant, il y a beaucoup de gens de mon âge qui n’hésitent pas à s’exprimer ouvertement, à se faire entendre et je pense qu’il y a sans aucun doute une montée d’énergie parmi les gens de mon âge qui doivent subir les conséquences des décisions qui ont été prises par notre gouvernement composé de gens probablement quelques générations plus âgées que nous ! Tout ça nous a laissés un peu désespérés et en colère et je représente sans doute un peu cela. Mais une grande partie de mon écriture parle de moi et de qui je suis. J’essaie beaucoup d’analyser les choses, qu’il s’agisse de moi-même, d’une relation, du système politique, de mon pays, de mon passé… Et je pense que l’album entier est une analyse géante de moi-même.

Il y a certains de ces sujets qui t’inspirent plus que d’autres ?

Stella Donnelly : Pour moi l’écriture c’est ma façon de digérer les choses. Tout le monde fonctionne différemment. Quand il arrive quelque chose de mal à une personne elle peut se mettre à peindre, ou aller faire un tour en voiture, ou courir, et pour moi la solution c’est de mettre tout ça en paroles. Quand je traverse une séparation, ou quelque chose de sérieux ou même de très bête, la meilleure solution pour moi c’est d’en rire et de regarder ça avec du recul. En général ça m’aide à surmonter mes problèmes. La principale source d’inspiration de mes chansons, c’est donc ce que se passe dans ma vie.

 

« L’honnêteté c’est la clé de mon écriture. »

 

D’ailleurs tu ne sembles pas te censurer sur l’album. N’as-tu pas peur des réactions, ou au contraire en espères-tu ?

Stella Donnelly : Parfois j’en ai peur, mais je crois que je serais encore plus effrayée si je me cachais derrière un masque en faisant semblent d’être quelqu’un d’autre. Je pense que ce serait moins épanouissant pour moi et difficile de continuer à faire vivre cette illusion. L’honnêteté c’est la clé de mon écriture et si ça veut dire que je dois être assez grossière ou dans l’affrontement eh bien qu’il en soit ainsi parce que je pense que c’est ma personnalité !

Je pense que tes chansons provoquent de bonnes réactions parce que tes paroles sont pleines d’humour. C’est un élément important dans ta musique ?

Stella Donnelly : Oui ! C’est important dans ma musique et dans ma vie. Ce sont les comiques qui m’ont donné la meilleure des éducations. Regarder des comédies et rire, se sentir vraiment à l’aise, c’est une super technique utilisée par les comédiens pour éduquer. Beaucoup d’entre eux ont des choses vraiment importantes à dire. Et dans ma vie de tous les jours, si je dois parler d’un sujet sérieux à quelqu’un, j’essaie de le faire rire pour lui montrer que mon propos est pertinent. Il y a toujours de quoi rire à la fin. D’une manière ou d’une autre tu ris ou tu pleures, alors je préfère rire !

Au sujet des paroles, je pense que « Old Man » qui ouvre l’album est un bon exemple de ton style d’écriture.

Stella Donnelly : Oh merci ! C’est une chanson que j’ai écrite à la suite du mouvement #MeToo. J’ai vu le monde changer pour moi en tant que femme. Contrairement à « Boys Will Be Boys » qui est une chanson de l’EP que j’avais écrite deux ans auparavant, à une époque où je me sentais piégée parce que personne ne parlait des problèmes que moi, mes amies et les gens autour de moi traversions. « Old Man » fut un peu plus amusant à écrire parce que j’ai vu le monde changer à travers les médias, et notamment l’obligation de rendre des comptes. Aussi difficile que cela puisse être de voir des gens partager leur expérience et leurs tragédies ça te rappelle les tiennes. Il fallait que quelque chose de la sorte arrive pour que des changements se produisent, quelque chose d’extrême. « Old Man » s’adresse aux personnes qui m’ont exploitée pendant mes jeunes années et qui ont utilisé leur pouvoir pour avoir un comportement inapproprié envers moi en tant que femme de 18/19 ans. C’était ma façon de leur dire « Fuck you! » sans vouloir les nommer parce que ça n’aurait pas marché pour moi, je ne suis pas ainsi, je n’avais pas comme intention de donner leur nom pour leur faire honte, mais ça m’a fait beaucoup de bien d’écrire cette chanson et j’espère qu’un jour ils l’entendront.

 

« Boys Will Be Boys »

 

La chanson « Boys Will Be Boys » que tu avais écrite auparavant est beaucoup plus triste, est-elle également autobiographique ?

Stella Donnelly : Oui, parce que comme je te le disais cette chanson est arrivée pendant une période de silence en ce qui concerne les victimes de harcèlement sexuel, particulièrement en Australie où se sont passé une série d’événements qui n’ont pas été tellement relayés par les médias. Plusieurs femmes ont été violées et assassinées et la police s’est exprimée en disant que les femmes devaient prendre leurs responsabilités, ne plus rentrer chez elles à pied, ne pas provoquer ce genre de comportements. Ces déclarations m’ont vraiment mise en colère. J’ai écrit sur quelque chose qui était arrivé à une amie à moi, et à l’époque à laquelle ça lui est arrivé, j’ai même entendu des amies femmes lui poser ce genre de questions : « Que portais-tu ce soir-là ? Pourquoi as-tu tant bu ? », ça m’a vraiment fâché. C’est pour ça que j’ai écrit cette chanson, et aussi pour remettre en cause cette notion de « Boys Will Be Boys ». J’ai un petit frère qui a 16 ans, 10 ans plus jeune que moi, je l’ai vu grandir. C’est un beau garçon et j’ai connu beaucoup d’hommes doux dans ma vie qui ne feraient jamais ce genre de choses, mais la société pense que c’est ok de dire « Les garçons seront toujours des garçons, ils sont tous pareils et seront toujours comme ça ». Ce n’est pas vrai. Tout ce dicton « Boys will be boys » peut être aussi préjudiciable envers nos fils que nos filles. Ça n’aide personne et je voulais vraiment le remettre en question. Ça m’a vraiment mise en colère lorsque j’ai reçu des critiques du genre « Stella Donnelly hait les hommes » parce que ça ne pourrait pas être plus faux. Je déteste le système patriarcal qui oppresse les hommes et qui fait qu’il y ait autant de suicides masculins en Australie et dans beaucoup d’autres pays. Ça leur fait du mal aussi. C’est pour ça que j’ai écrit cette chanson et que je l’ai remise sur l’album aussi, parce que je ne pense pas qu’on en ait assez fait. Malheureusement les gens ont encore besoin d’entendre ça et d’en parler. Je pourrais bien avoir à la remettre sur le prochain album !

Sur une note plus positive, de quoi parle la chanson « Lunch » ?

Stella Donnelly : Ha, « Lunch » c’est mieux ! C’est vraiment drôle : à chaque fois que je dis « Time for lunch ! » (c’est l’heure d’aller déjeuner, ndlr) mon guitariste, George, pose sa guitare et pense que c’est l’heure d’aller manger et je lui dis « Non, non, non ! Tu dois jouer la chanson ! ». J’ai écrit « Lunch » en pensant à l’idée de devoir voyager, ce qui est vraiment nouveau pour moi. Soudainement je me retrouve dans un avion, partie pour un pays où je ne suis jamais allée auparavant, seule, pour aller jouer mes chansons. Je ressens cela en général une semaine avant de partir : soudainement on va t’arracher cette impression de confort liée au fait d’être chez soi et toutes les choses du quotidien. Je me retrouve dans un avion et j’ai peur de voler alors ça n’aide pas. Il y a 20 heures de vol pour aller en Europe. J’ai plus le mal du pays avant de partir, une fois en route je me sens très bien, je peux gérer, on devient plus fort, on s’adapte. Mais ce sentiment qui précède le départ est toujours dur. Je ne pense pas que je trouverai un jour le moyen de surmonter ça, d’y faire face, il faut juste y aller. Et rentrer à la maison peut être dur également. Il faut un peu de temps pour baisser à nouveau la garde et se sentir à l’aise, après avoir été tellement stimulée pendant trois mois et soudainement tout s’arrête. Il n’y a plus rien à faire – qu’est-ce que je vais faire ? – donc je pense qu’il me faut quelques jours pour m’en remettre également. Je pense que les gens peuvent s’identifier à cela lorsqu’ils rentrent du travail par exemple, même s’il ne s’agit pas forcément de musique.

Je trouve ton chant superbe sur ce morceau, c’est un aspect que tu as beaucoup travaillé depuis ton EP ?

Stella Donnelly : Merci ! En fait j’ai beaucoup chanté depuis cet EP, j’espère donc vraiment m’être améliorée mais je n’ai jamais pris de leçon de chant, mais je savais que l’EP avait été enregistré d’une manière si ‘grossière’ d’une certaine façon qu’il n’avait pas vraiment capturé la portée de ma voix comme je l’aurais souhaité. J’ai travaillé très dur sur l’album pour qu’elle sonne non seulement de façon claire mais que l’on puisse aussi entendre ma vulnérabilité, les craquements dans ma voix, les tremblements, ma respiration, et mes reniflements si j’en avais envie ! Tous ces éléments étaient importants pour en faire un vrai album.

 

« Beware Of The Dogs »

 

Stella Donnelly - Interview - Paris, vendredi 25 janvier 2019« Beware Of The Dogs » est l’une de mes chansons préférées sur l’album, pourquoi donne-t-elle son nom au disque ?

Stella Donnelly : « Beware Of The Dogs » parle de l’atmosphère qui règne actuellement en Australie. En tant qu’australienne privilégiée et blanche j’ai beaucoup de chance de pouvoir parler de ce genre de choses. Tous les australiens n’ont pas eu mon expérience dans la vie et ça me fâche vraiment de penser que je peux, dans le même pays, avoir une vie complètement différente de mon voisin en raison de la couleur de ma peau. Je pense que l’Australie a une histoire mais aussi une réalité très sombre. Notre politique d’immigration est terrible. Donald Trump a complimenté notre premier ministre sur ce sujet, ce qui est un signe plutôt mauvais pour moi, c’est assez embarrassant ! Et la façon dont nous continuons, et avons par le passé, traité la population indigène est vraiment terrible. Le taux de suicide des jeunes femmes aborigènes est énorme, et on n’y fait rien. J’essaie d’utiliser la plateforme que m’offre mon statut pour dénoncer ça. Mais le choix du titre « Beware Of The Dogs » pour l’album vient de mon désir de vouloir créer un décor de film hollywoodien bon marché. Sur la pochette quelqu’un essaie de me faire manger un savon pour me faire un lavage de bouche après avoir trop juré. Je voulais que ça ressemble à un dialogue, et faire croire aux gens que ça faisait peut-être partie d’un plus grand film ou quelque chose comme ça. Je trouvais que « Beware Of The Dogs » était le meilleur moyen de capturer ce genre d’émotion : « Attention ! Attention ! Il y a quelque chose qui se cache derrière ! »

… Et c’est le cas !

Stella Donnelly : Haha, oui, c’est exactement le cas !

As-tu un titre préféré sur l’album ?

Stella Donnelly : Je pense que « Lunch » est mon titre préféré, simplement parce que cette chanson a été si amusante à enregistrer. C’était censé être juste moi et ma guitare, mais après la dernière nuit d’enregistrement de l’album je devais prendre l’avion pour l’Europe le lendemain, et comme je savais que je devais quitter le pays je me sentais très nerveuse, anxieuse de le rater. Donc lorsque j’ai enregistré le chant, les paroles transpiraient cette réalité à ce moment précis, c’était vraiment l’état dans lequel je me trouvais, et tous les membres du groupe se sont vraiment soudés ce soir-là, ensemble dans une pièce, nous avions un violoncelle et plein de belles choses qui se sont si bien assemblées. Je me souviens que nous applaudissions tous dans la pièce pendant que George démontait les pièces de la batterie de l’autre côté de la vitre, nous le félicitions parce que ça sonnait follement bien. C’est donc ma préférée parce que son enregistrement fut une expérience vraiment intense, et je prends beaucoup de plaisir à la jouer maintenant.

Et tout cela m’amène à ma question suivante : où s’est déroulé l’enregistrement et comment s’est passée la collaboration avec le producteur Dean Tuza ?

Stella Donnelly : Ça s’est passé à Freemantle, donc j’étais chez moi et très contente de pouvoir enregistrer un disque là-bas. Je pense que mon confort peut s’entendre. C’était intéressant de travailler avec Dean parce qu’il m’a laissé partager mes idées, en termes de production c’était entièrement ma vision. Il y a tellement de choses que je voulais entendre et de manières de le faire et je n’arrêtais pas de changer et il y a travaillé avec moi. C’était super parce qu’au milieu d’une chanson je pouvais m’exclamer « Non ! Abandonnons ça, faisons ça à la place. » et il me répondait « Ok, je vais effacer ces deux heures entières de travail ! » Mais il était si merveilleux et il a proposé tant d’idées géniales. Pour la production par exemple nous avons enregistré tout l’album en analogique, à l’ancienne. J’ai tellement de chance d’avoir Tyler – ma batteuse – et Jennie – ma bassiste – comme groupe. Elles ont enregistré leurs instruments sur bande du premier coup, et il fallait qu’elles y arrivent parce que c’est un support qui coûte très cher. Et Dean a vraiment réussi à faire sonner ces bandes, de façon à leur donner un côté classique et daté, ce que je désirais. C’était merveilleux de travailler avec lui.

 

« J’écris mes chansons en imaginant des scénarios. »

 

Tes clips sont une excellente illustration de l’atmosphère et des paroles de tes chansons, je suppose que tu t’impliques beaucoup dans leur réalisation?

Stella Donnelly : Oui, absolument. Les réalisateurs avec qui j’ai travaillé ont toujours été super et m’ont offert ce que je voulais. Je leur dis simplement quels sont les sentiments que doivent ressentir ceux qui regardent ces vidéos. Pour « Old Man » j’ai travaillé avec la réalisatrice Fiona Jane Burgess et nous nous sommes dit que tant que nous pouvons faire en sorte que les gens rient et apprennent en même temps, nous obtiendrions un bon résultat. C’est pourquoi nous utilisons des sous-titres ; nous avions aussi trouvé ce vieux livre des années 70, « auto-défense pour les femmes » et tous ces petits détails vraiment drôles. Nous avons tourné le clip à Amsterdam parce que j’étais en tournée et j’avais une journée de repos. J’aime donc beaucoup m’impliquer et avoir un peu le contrôle, parce que c’est aussi ainsi que j’écris mes chansons, en imaginant des scénarios.

Tu viens donc de la région de Perth, une ville dont je connais peu de groupes à part Wesley Fuller, Methyl Ethel…

Stella Donnelly : Methel Ethel, oui !!! Ils sont incroyables, je suis très copine avec eux. J’ai joué dans leur groupe l’an dernier quand leur guitariste s’était cassé la main, seulement deux semaines avant le début d’une tournée des festivals. J’ai donc fait un tour d’Australie avec eux. On peut donc trouver des photos de moi jouant avec Methyl Ethel, c’est vraiment amusant ! Ils viennent de Freemantle, la ville où j’habite, mais c’est aussi de là que viennent Tame Impala.

Ce n’est pas si petit finalement !

Stella Donnelly : Mais si, et c’est ça ce qui est dingue, on se connait tous ! Methyl Ethel, Tame Impala, Pond, San Cisco et moi ! Ma bassiste Jenny joue dans San Cisco, nous avons le même manager, c’est une toute petite communauté qui se set les coudes. Tame Impala a ouvert les portes pour Freemantle, ils nous ont placés sur la carte, nous avons beaucoup de chance.

Propos recueillis à Paris le vendredi 25 janvier 2019. Crédit photos : Poone Ghana

Un grand merci à Stella Donnelly, à Agnieszka Gérard pouyr avoir rendue cette interview possible, ainsi qu’à toute l’équipe de Pias France / Secretly Canadian.

Stella Donnelly sera en concert à Paris au Pop Up du Label le 18 avril, un concert à ne pas manquer ! Toutes les infos ici.

Pour plus d’infos :

Lire la chronique de « Beware Of The Dogs » (2019)

https://www.stelladonnelly.com/
https://www.facebook.com/stellamusicband/
https://twitter.com/stelladonnelly

Articles similaires

Laisser un commentaire

Top