Vous êtes ici
Accueil > Chroniques > MUSE – Black Holes And Revelations (2006)

MUSE – Black Holes And Revelations (2006)

MUSE - Black Holes And Revelations (2006)1. Take A Bow
2. Starlight
3. Supermassive Black Hole
4. Map Of The Problematique
5. Soldier’S Poem
6. Invincible
7. Assassin
8. Exo Politics
9. City Of Delusion
10. Hoodoo
11. Knights Of Cydonia

Acheter sur Amazon.fr

Date de sortie : 3 juillet 2006 / Label : Warner / Pays d’origine : Royaume-Uni

Ça devait finir par arriver… A force de jouer avec le feu, Muse a bien failli se brûler les ailes. Oubliés les hymnes directs de Showbiz, la puissance et le romantisme d’Origin Of Symmetry. La bande à Matt Bellamy confirme aujourd’hui le virage effectué sur Absolution en 2003, à savoir un grand opéra rock ‘mégalo’ (c’est un euphémisme) avec ses trouvailles et ses faiblesses.

Entre admiration et énervement, ‘Black Holes And Revelations ‘ a de quoi faire grincer bien des dents. On pouvait déjà s’en douter lorsque le nouveau single ‘Supermassive Black Hole’ a commencé à tourner il y a bientôt deux mois sur les ondes. On était sous le choc ! Qu’en penser ? Après une intro lourde mais noyée sous les effets, le chant de Matt Bellamy déstabilise : un voix aiguë qui fait beaucoup penser à Prince ou aux Scissor Sisters. Jusqu’ici, jamais nous n’aurions pensé pouvoir trouver un rapprochement entre ces artistes, musicalement aux antipodes. Pourtant, une fois l’effet de surprise passé, ce single qui ne manque pas d’originalité dévoile tout son attrait, mais laisse également planer bien des questions en attendant la sortie de l’album.

Muse a toujours su prendre des risques, calculés ou non. Et la première écoute de ‘Black Holes And Revelations’ suscite autant d’étonnement, et surtout de doute, que ce single en avant-première. A la découverte de l’introduction, on frôle l’indigestion, voire l’auto-parodie. ‘Take A Bow’ nous entraîne dans un univers un peu douteux, avec ses épaisses nappes de claviers et ses lourdes guitares qui oscillent entre ‘The Wall’ de Pink Floyd et le Queen des années 70. C’est grandiloquent, presque ‘Grand-guignolesque’ parfois, ça parle toujours de fin du monde, d’Apocalypse… Le doute plane, mais le groupe se ressaisit assez vite, sur ‘Starlight’, un titre beaucoup plus conventionnel – toutes proportions gardées – et assez efficace. ‘Map Of The Problematique’ quant à lui nous propose des sonorités un peu plus ‘New Wave’, avec le chorus sur la basse. Les grosses guitares ont également toujours droit de cité, avec l’explosif ‘Assassin’, ainsi que ‘Exo-Politics’. Enfin, l’album se termine sur un ‘Knights Of Cydonia’ épique et réussi, aux allures de musique venue du Far West, avec son rythme de cavalerie, et un refrain ainsi qu’un final très, très Queen époque ‘Seven Seas Of Rhye’ ou ‘A Night At The Opera’…

Finalement on se laisse bien séduire une fois de plus par Muse. Après une première écoute qui peut laisser perplexe, la qualité des compositions prend le dessus, et sans s’en rendre compte on commence à écouter ce ‘Black Holes And Revelations’ en boucle. Les années passent et Muse évolue toujours à sa manière. On pourra regretter la fraîcheur et la spontanéité des premiers albums. Et ce n’est pas avec ‘Black Holes And Revelations’ que les anglais vont faire taire leurs détracteurs. C’est bien, mais c’est un peu ‘too much’. Muse, un groupe ‘mainstream’ ? En tout cas, entre génie et mauvais goût, il n’y a qu’un pas…

Titres conseillés : Starlight, Supermassive Black Hole, Map Of The Problematique, Invincible, Assassin, Exo Politics, Knights Of Cydonia

Articles similaires

Laisser un commentaire

Top