Vous êtes ici
Accueil > Chroniques > OKKERVIL RIVER – The Stand Ins (2008)

OKKERVIL RIVER – The Stand Ins (2008)

OKKERVIL RIVER - The Stand Ins (2008)1. Stand Ins, Pt. 1
2. Lost Coastlines
3. Singer Songwriter
4. Starry Stairs
5. Blue Tulip
6. Stand Ins, Pt. 2
7. Pop Lie
8. On Tour with Zykos
9. Calling and Not Calling My Ex
10. Stand Ins, Pt. 3
11. Bruce Wayne Campbell Interviewed on the Roof of the Chelsea Hotel, 1979

Date de sortie : 9 septembre 2008 / Label : Jagjaguwar – Differ-ant / Pays d’origine : Etats-Unis

Depuis leur explosion à la face du monde grâce à ‘Black Sheep Boy’, Okkervil River semble être atteint d’une intarissable boulimie créative. Leur 4ème album, ‘The Stage Names’, les confortait définitivement dans leur position de groupe incontournable de la scène Folk-Rock américaine. Et la machine ne s’arrête plus, si un CD bonus était venu compléter ‘Black Sheep Boy’ un an après, c’est cette fois-ci tout un nouvel album que nous proposent les Texans, composé de morceaux enregistrés pendant les sessions de ‘The Stage Names’.

Voici le deuxième acte d’un album qui marque également la fin d’une époque pour Okkervil River, puisqu’il s’agit du des derniers titres enregistrés avec Jonathan Meiburg, aujourd’hui parti se consacrer pleinement à Shearwater, pour le meilleur, assurément. Alors que les deux derniers opus du groupe lorgnaient de plus en plus vers le Rock, ‘The Stands In’ ressemble à un retour aux racines, dans la verve de ‘Down The River Of Golden Dreams’, sorti en 2003.

On peut être un peu déçu au premier abord par ce disque qui n’a sans doute pas la cohérence de ses prédécesseurs, puisqu’il s’agit de titres ‘compilés’, les inédits de ‘The Stage Names’ en quelque sorte, mais ce n’est pas pour autant une œuvre secondaire dans le parcours du groupe, tant elle complète admirablement bien leur dernier opus. Oui, ‘The Stands In’ s’inscrit dans la continuité de cette fin d’album calme et Folk sur laquelle le groupe nous avait quitté en 2007. Mais une Folk orchestrée, subtile, que l’on aborde via les très ‘roots’ et rythmés ‘Lost Coastlines’ et ‘Singer Songwriter’. Le disque prend un tournant bien plus épique dès ‘Blue Tulip’, sur lequel la voix de Will Sheff recommence à nous envoûter par toute l’émotion qu’elle dégage. Cet album nous donne aussi l’occasion de découvrir le groupe sous des aspects auxquels il nous avait peu habitué, notamment sur ‘Pop Lie’, un titre justement très Pop, léger, au rythme effrenné. Un petit intermède avant que ‘On Tour with Zykos’ ne nous entraîne à nouveau sur un terrain bien plus mélancolique et de toute beauté.

Mais c’est certainement le titre final, ‘Bruce Wayne Campbell Interviewed on the Roof of the Chelsea Hotel, 1979’ qui a le plus retenu notre attention. Ce morceau dédié à « Jobriath », icône du Glam Rock mort du SIDA en 1983. Une vraie pépite, poignante et chorale, le genre de titre par lequel Okkervil River nous fait aimer l’Americana, le point d’orgue de cette œuvre qu’il faut – c’est un point important – aborder comme un ensemble avec ‘The Stage Names’ pour la comprendre et la savourer dans son intégralité.

Titres conseillés: Lost Coastlines, Blue Tulip, On Tour with Zykos, Bruce Wayne Campbell Interviewed on the Roof of the Chelsea Hotel, 1979

Pour plus d’infos :

Chroniques :

‘The Stage Names’ (2007)
‘Black Sheep Boy’ (2005)

La Maroquinerie, Paris, vendredi 8 février 2008 : compte-rendu / galerie photos

http://www.okkervilriver.com
http://www.facebook.com/okkervilriver
http://twitter.com/okkervilriver

Articles similaires

Laisser un commentaire

Top