Vous êtes ici
Accueil > Chroniques > VIOLENS – Amoral (2010)

VIOLENS – Amoral (2010)

VIOLENS - Amoral (2010)1. The Dawn of Your Happiness Is Rising
2. Full Collision
3. Acid Reign
4. Are You Still in the Illusion ?
5. It Couldn’t Be Percieved
6. Until It’s Unlit
7. Violent Sensation Descends
8. Could You Stand to Know ?
9. Trance-Like Tum
10. Amoral
11. Another Strike Restrained
12. Generational Loss

Acheter sur Amazon.fr

Date de sortie : 12 août 2016 / Label : Static Recital / Pays d’origine : Etats-Unis

Il y a un moment que le buzz montait autour de ce groupe américain, formé en 2007 par d’anciens membres de Lansing-Dreiden (vous ne connaissez pas? Ne vous inquiétez pas, nous non plus, tout ce que l’on sait, c’est qu’il s’agissait d’une formation très portée sur la New Wave). Pour situer le groupe, il suffirait de dire qu’ils ont d’abord tourné en compagnie de MGMT, Grizzly Bear, White Lies ou encore Handsome Furs, bref, du beau monde. Et comme les deux premiers groupes de cette liste, Violens affirme un fort penchant pour une musique complètement psychédélique, imprévisible et décomplexée.

On a un peu l’impression de se répéter au fil des chroniques, mais une fois encore comment ne pas citer les années 80, le son des Smiths, celui de New Order? Violens est encore un bel héritier de cette époque, mais pas seulement. ‘Amoral’ est un disque aussi impressionnant que varié. Si ça part un peu dans tous les sens, c’est pour le meilleur. Mais cet album n’est pas une seule seconde difficile à appréhender. Bien au contraire, quelle claque!  On vous parlait de New Wave et c’est indéniable, il y en a bien d’évidentes traces ici, qu’elle soit portée sur les claviers (‘ Are You Still in the Illusion?’), la basse (‘Until It’s Unlit’). On ne cesse de penser à des formations telles que New Order, notamment en raison du chant de Jorge Elbrecht, éminemment Pop au milieu de ce foutoir organisé. Mais un peu à l’image d’un Friendly Fires, le groupe recycle les vieilles recettes du passé avec beaucoup de clairvoyance et de modernité.

Dès le premier morceau, ‘The Dawn of Your Happiness is Rising’, Violens impressionne par la qualité de sa production qui met en valeur ses nombreuses facettes, avec un amour évident des samples et des claviers mais aussi des riffs ravageurs. On entre alors dans le vif du sujet sur le plus ‘funky’ ‘Full Collision’ qui doit autant aux Cure – époque Kiss Me Kiss Me Kiss Me – qu’aux formations de la période charnière Noisy / Dream Pop à l’orée des années 90. ‘Acid Reign’ envoie quant à lui dans les cordes d’autres groupes du moment tels que les Klaxons. Ce festival d’influences va également puiser dans les années 60 et 70, notamment sur le très psychédélique ‘Violent Sensation Descends’, avec son orgue désaccordé en introduction, et des couplets où le chant très Pop évoque les Beatles – et par extension le ‘Giant Steps’, le monument des Boo Radleys (1992).

Il n’y a pas de doute, parmi les nombreux espoirs de cette rentrée musicale, Violens est à mettre dans le haut du panier, avec un album ambitieux, varié, hors contrôle et tout simplement irrésistible. On vient de pêcher là un gros, un très gros poisson.

Titres conseillés : The Dawn of Your Happiness is Rising, Full Collision, Acid Reign, It Couldn’t be Perceived, Until It’s Unlit, Violent Sensation Descends, Another Strike Restrained

Pour plus d’infos:

http://violens.net/
http://www.myspace.com/violens
http://www.facebook.com/violens

Articles similaires

Laisser un commentaire

Top