Vous êtes ici
Accueil > Chroniques > HAFDIS HULD – Dirty Paper Cup (2006)

HAFDIS HULD – Dirty Paper Cup (2006)

HAFDIS HULD - Dirty Paper Cup (2006)1. Ski Jumper
2. Diamonds on My Belly
3. My Heart Beats
4. Tomoko
5. Plastic Halo
6. Fucked Up Mind
7. Happily Ever After
8. Ice Cream Is Nice
9. Celebration
10. Hometown Hero
11. Younger Longer
12. Who Loves the Sun
13. Sumri Hallar

Acheter sur Amazon.fr

Date de sortie : 2 octobre 2006 / Label : Ocean Music / Pays d’origine : Islande

L’Islande est un pays d’artistes. Hafdis Huld possède en elle cette chaleur et cette originalité qui semblent caractéristiques à ses compatriotes. Certains d’entre vous l’ont peut-être reconnue, il y a quelques années la toute jeune Hafdis était la chanteuse de Gus Gus, le groupe avec qui elle débuta à l’âge de 15 ans. Depuis pas mal d’eau a coulé sous les ponts. Elle a quitté le groupe en 1999, après quatre ans de bons et loyaux services, avant de partir étudier la musique à Londres et d’écrire au fil du temps les chansons de son premier album solo, ‘Dirty Paper Cup’.

Avec ce disque, Hafdis Huld rompt totalement avec son passé musical lié à Gus Gus, entre électronique et trip hop, pour publier une première œuvre très intime, sur laquelle plane un parfum de Folk et de Blues. Une œuvre où celle-ci dévoile sa personnalité, à la fois sensible et explosive. On comprend vite pourquoi elle se décrit comme une ‘fée princesse scintillante’ (en anglais, ‘A Glittery Fairy Princess’). Hafdis Huld a su conserver en elle cette touche enfantine que la plupart d’entre nous perdent avec l’âge. Elle nous raconte donc des histoires (de cœur, le plus souvent) avec autant d’humour que de tendresse. En effet, le disque débute dans une atmosphère plutôt légère avec les excellents singles ‘Ski Jumper’ et ‘Diamonds On My Belly’. Pourtant au fur et à mesure de l’écoute se détache un sentiment de mélancolie (‘Plastic Halo’, ‘Fucked Up Mind’, ‘Celebration’, ‘Younger Longer’ ou le très beau ‘Happily Ever After’ sur lequel son accent islandais fait des merveilles) renforcé par la simplicité de l’instrumentation, presque totalement acoustique. Le titre en Islandais, ‘Sumri Hallar’, adapté d’un air traditionnel Islandais, devient même franchement poignant, avec un vieil orgue orgue pour (presque) seul accompagnement, d’où son atmosphère de ‘chant de marin’. Du coup on trouve dans ce Dirty Paper Cup une profondeur que l’on ne soupçonnait peut-être pas au premier abord.

Mais son but, c’est d’abord et avant tout de réjouir son audience, elle transpire le bonheur, notamment grâce à ses textes frais et légers tels. Il y a cette reprise du Velvet Underground, ‘Who Loves The Sun’, joué avec un Ukulélé (rose) qui lui confère un air proche de celui de Babet échappée de Dionysos sur la chanson ‘Le Marin’. Puis ‘Ice Cream Is Nice’ et ses paroles enfantines (‘ice cream is nice… monsters are not’) et surtout l’excellent ‘Tomoko’, le tube de l’album ! Un titre très pop, avec une mélodie irrésistible et entraînante. Et surtout une chanson où l’on voit bien que son auteur ne se prend pas trop au sérieux, dont la vidéo a connu un succès énorme sur internet, et fut nominée aux Victoires de la musique islandaise.

L’album, quant à lui, a gagné aux Icelandic Music Awards dans la catégorie ‘Meilleur Album Pop’ de l’année 2006. Un titre qui en dit long, dans un pays ou les talents artistiques semblent émerger de toutes parts. A l’image de son interprète, ‘Dirty Paper Cup’ est un disque plein de charme, frais comme une rosée de printemps, auquel on ne saurait rester insensible…

Titres conseillés: Ski Jumper, Diamonds On My Belly, Tomoko, Happily Ever After, Ice Cream Is Nice, Celebration, Sumri Hallar

Pour plus d’infos:

Lire l’interview de Hafdis Huld pour Stars Are Underground, le 24/02/2007
Compte-rendu du concert à la Maroquinerie, Paris, le 24/02/2007
Galerie photos, La Maroquinerie, Paris, 24/02/2007

http://www.hafdishuld.com/
http://www.myspace.com/hafdishuld

Articles similaires

Laisser un commentaire

Top