Vous êtes ici
Accueil > Chroniques > HOPPER – A Tea With D (2004)

HOPPER – A Tea With D (2004)

HOPPER - A Tea With D (2004)1. Stranger for good
2. More and more
3. The thief
4. Colours
5. Sham
6. All I know
7. The last sin
8. Good vibrations for neighbourhood militants
9. Calculating infinity
10. A tea With D.

Acheter sur Amazon.fr

Date de sortie : 4 mai 2004 / Label : Ethylen Records / Pays d’origine : France

En 1999 que Dorothée Hannequin et Aurélia Rivage fondent le groupe Hopper. Elles enregistrent alors ensemble un CD autoproduit sur un magnétophone 4 pistes, There’s no place like Home. C’est au début 2000 que Romain Corvez et Jean Thévenin viennent se joindre à l’aventure, respectivement à la basse et à la batterie. Le groupe sort alors son premier EP, Sunbelt, à la suite duquel de nombreuses dates vont s’enchaîner à travers la France, y compris au Zénith de Paris. C’est ainsi que Hopper va peaufiner son style et son identité scénique.

En septembre 2003 le groupe part enfin enregistrer son premier album au studio Black Box, près d’Angers, avec Iain Burgess et Peter Deimel aux manettes , plus qu’habitués à la scène rock indé puisque ayant travaillé auparavant avec Les Thugs, Deus, Chokebore, Shellac…, et ayant enregistré (pour le premier) et mixé (pour le second) le premier EP de Sexypop, Girls Love Electric Sheep.

Le son de l’album n’est donc pas ici le fruit du hasard puisque les deux hommes sont des spécialistes de l’enregistrement analogique. Ce son donne justement à l’album un force brute et naturelle. Mais A Tea With D est bien plus que cela. Toute une atmosphère de poésie se dégage également de ce premier album. Principal atout de cette réussite : les voix des deux chanteuses, Dorothée et Aurélia. Deux timbres différents qui se marient à merveille. La voix d’Aurélia fait penser dans un premier temps à Sleater Kinney (notamment sur ‘Good Vibrations For Neighbourhood Militants’), mais avec plus de recherche dans les mélodies, elle est cependant celle qui donnera le plus d’énergie aux titres. Quant à celle de Dorothée, plus sombre, nous rappelle ces chanteuses de groupes célèbres telle que Blondie, Catatonia, et dans ses meilleurs instants, une comparaison avec la reine PJ Harvey n’est pas à écarter.

A Tea With D est donc un disque d’une grande cohérence, dont les meilleurs moments (More & More, Colours, Calculating Infinity (un superbe final endiablé en concert), et enfin A Tea With D) ne manquent pas d’originalité et de caractère et emportent l’auditeur avec le groupe dans cette ‘transe’ communicative, sombre et envoûtante.

Enfin, n’oublions pas la piste fantôme du disque, qui confirme les qualités vocales des deux chanteuses abordées auparavant. Si vous êtes amateurs de découvertes, ruez-vous sur ce disque et entrez dans l’aventure Hopper qui, espérons-le, est bien partie pour durer.

Titres conseillés : More And More, Colours, Good Vibrations For Neighbourhood Militants, Calculating Infinity, A Tea With D.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Top