Vous êtes ici
Accueil > Chroniques > THE BOO RADLEYS – Kingsize (1998)

THE BOO RADLEYS – Kingsize (1998)

THE BOO RADLEYS - Kingsize (1998)1. Blue room in Archway
2. Old newsstand at Hamilton Square
3. Free Huey
4. Monuments for a dead century
5. Heaven’s at the bottom of this glass
6. Kingsize
7. High as monkeys
8. Eurostar
9. Adieu Clo Clo
10. Jimmy Webb is God
11. She is everywhere
12. Comb your hair
13. Song from the blue room
14. The Future is now

Acheter sur Amazon.fr

Date de sortie : 9 octobre 1998 / Label : Creation Records / Pays d’origine : Royaume-Uni

L’album d’adieu des Boo Radleys… à l’écoute de ce disque on aurait pu s’en douter. Malgré la joie pop des Boo Radleys une certaine mélancolie s’en dégage. Le groupe aura traversé jusqu’ici des hauts et des bas, des deux premiers albums, noisy et expérimentaux, au succès pop de ‘Wake Up !’, puis de l’échec commercial de ‘C’Mon Kids’. Malheureusement c’est sur un relatif échec commercial que se terminera la carrière du groupe. Mais uniquement commercial. Si ‘C’Mon Kids’ souffrait d’un manque de cohérence, la bande à Martin Carr nous a ici offert un album riche, digne des bons vieux jours de ‘Giant Steps’.

Un disque audacieux, dès l’introduction de ‘Blue Room In Archway’, qui nous rappelle des titres tels que ‘Upon 9th and Fairchild’. Une intro riche en guitares, violons et arrangements, qui se réveille ensuite sur un refrain enchanteur. On retrouve ici un peu les ingrédients qui ont fait le succès du groupe, les cuivres sur ‘The Old Newsstand At Hamilton Square’, les sonorités bizarres de ‘The Future Is Now’….

On ressent également dans ces compositions le fait que Martin Carr se soit marié à une française. Tout d’abord sur ‘Eurostar’, illustrant probablement les aller/retour que ce dernier a dû faire entre l’Angleterre et la France. Mais aussi ‘Adieu Clo Clo’, en hommage à Claude François, que Martin Carr découvrit bien entendu ici, et dont l’accoutrement ‘disco’ ne manquât pas de le surprendre (‘Monkeys Dressed In Uniforms…’).

Malgré l’incroyable richesse de cet album, il semble bien que le temps des Boo Radleys était fini. Les ventes ne s’envolèrent jamais. Bien au contraire, quelques semaines après sa sortie,’Kingsize’ ne s’était vendu qu’à 3000 exemplaires. C’est ici que la route s’arrête pour les Boo Radleys. C’est également la fin d’une époque, des années 90, de la Britpop, du noisy…Le dernier titre du disque, ‘The Future Is Now’, n’aurait pu être mieux choisi, ce ne sera pas celui du groupe de Liverpool. On aurait presque envie de verser une petite larme sur les magnifiques mélodies de ‘Song from the blue room’, en sachant qu’ensuite le groupe ne sera plus.

Si néanmoins vous êtes passés à côté de cet album, il n’est jamais trop tard pour se rattraper. L’album d’une audace que le groupe n’avait plus exprimé avec autant de talent depuis ‘Giant Steps’. On ne comprendra jamais vraiment pourquoi les Boo Radleys ne sont pas devenus les stars qu’ils auraient dû être. Un groupe qui aura eu une influence énorme sur la musique britannique des années 90, et bien plus audacieux que ceux qui auront fait leur succès avec la britpop. Le split du groupe laissera un grand vide. Depuis Martin Carr est parti vers d’autres horizons avec ‘Brave Captain’, mais n’aura jamais retrouvé le succès des Boo Radleys. Sice, quant à lui, semble avoir complètement disparu de la scène musicale.

Titres conseillés : Blue room in Archway, Old newsstand at Hamilton Square, Heaven’s at the bottom of this glass, Kingsize, High as monkeys, She is everywhere, Comb your hair, Song from the blue room, The Future is now

Laisser un commentaire

Top