Vous êtes ici
Accueil > Chroniques > THE BOO RADLEYS – Giant Steps (1994)

THE BOO RADLEYS – Giant Steps (1994)

THE BOO RADLEYS - Giant Steps (1994)1. I Hang Suspended
2. Upon 9th And Fairchild
3. Wish I Was Skinny
4. Leaves And Sand
5. Butterfly Mcqueen
6. Rodney King (Song For Lenny Bruce)
7. Thinking Of Ways
8. Barney (… And Me)
9. Spun Around
10. If You Want It, Take It
11. Best Lose The Fear
12. Take The Time Around
13. Lazarus
14. One Is For
15. Run My Way Runway
16. I’ve Lost The Reason
17. The White Noise Revisited

Acheter sur Amazon.fr

Date de sortie : 31 août 1993 / Label : Creation Records / Pays d’origine : Royaume-Uni

Les Boo Radleys furent créés par deux amis d’enfance, Martin Carr et Sice (alors Simon Rowbottom) qui se sont connus à l’âge de 12 ans dans la banlieue de Liverpool.

En 1989, ces 2 amis enrôlent Timothy Brown à la basse et Steve Hewitt (maintenant batteur de PLACEBO) à la batterie afin de monter le groupe. Leur nom est tiré d’un personnage dans To Kill a Mockingbird de Harper Lee (ne m’en demandez pas plus), mais le choix de ce nom s’est en fait simplement fait dans un pub car selon eux il sonnait bien.

Dès ses premières compisitions le groupe montre une attirance vers l’expérimentation ‘noisy’et ne se limite pas à de simples titres pops. Après la sortie du 1er album Ichabod & I (sorti à seulement 6000 exemplaires) Steve Hewitt part et est alors remplacé par Rob Cieka. Les compositions s’enchaînent et le style du groupe s’affirme peu a peu.

En 1990 les Boo Radleys signent chez Creation Records et sortent leur 1er ‘vrai’ album Everything’s Alright Forever dans lequel ils incluent pour la 1ère fois des instruments à vent sur leur titres rocks.

A cette époque le groupe progresse très vite. C’est ainsi quen 1993 ils sortent leur œuvre majeure Giant Steps. L’album est alors acclamé par la critique (album de l’année de Q Magazine, il remporte également un NME Brit Award).

Après le génie de Giant Steps, Martin Carr déclare qu’il veut réaliser un album pop, c’est ainsi que sort Wake Up en 1994, album qui déboussola de nombreux fans à l’époque (dont moi !) par son ‘conformisme’ (c’est d’ailleurs leur plus gros succès commercial) mais qui avec du recul vaut néanmoins le détour. Puis la carrière des Boo Radleys évolue en dents de scie.

C’Mon Kids sort en 1995 : une tentative de retour aux bons vieux sons et bizarreries de Giant Steps qui échoue. Moins inspiré, moins cohérent, l’album fera un flop. La tournée de C’Mon Kids fut la dernière.

Il faut attendre 1998 avant que le groupe sorte son dernier album Kingsize. On aurait alors pu croire à un véritable retour des Boo Radleys, mais face à l’échec commercial de l’album le groupe se sépare peu après sa sortie dans l’indifférence générale.

Giant Steps est un monument, l’un de ces instants de magie où un groupe touché par la grâce nous offre un album inoubliable, un classique de son époque. De l’ouverture tonitruante de I Hang Suspended aux mélodies et arrangements de Barney And Me, le groupe apporte un souple de jeunesse et de nouveauté à la pop anglaise. Dix-huit titres merveilleusement enchaînés et pas une ride aujourd’hui encore.

Titres conseillés : I Hang Suspended, Upon 9th And Fairchild, Wish I Was Skinny, Rodney King (Song For Lenny Bruce), Barney (… And Me), Lazarus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Top