Vous êtes ici
Accueil > Chroniques > THE WEDDING PRESENT – Take Fountain (2005)

THE WEDDING PRESENT – Take Fountain (2005)

THE WEDDING PRESENT - Take Fountain (2005)1. Interstate 5 [Extended Version]
2. Always the Quiet One
3. I’m from Further North Than You
4. Mars Sparkles Down On Me
5. Ringway to Seatac
6. Don’t Touch That Dial [Pacific Northwest Version]
7. It’s for You
8. Larry’s
9. Queen Anne
10. Perfect Blue
11. I’m from Further North Than You [*][Multimedia Track]
12. Interstate 5 [*][Multimedia Track]

Acheter sur Amazon.fr

Date de sortie : 14 février 2005 / Label : Scopitones / Pays d’origine : Royaume-Uni

David Gedge, une légende vivante du rock indé britannique injustement oubliée. THE WEDDING PRESENT, la machine à guitares dudit Gedge et sa formule unique, jamais copiée. Il y a aujourd’hui presque neuf ans que le groupe n’avait pas sorti d’album, depuis Saturnalia, en 1996. Pourtant notre quarantenaire de Leeds n’a jamais traversé de désert musical, de période en manque d’inspiration comme nombre de ses pairs.

De 1997 à 2003, CINERAMA avait pris la relève. Avec Brio. On pourrait même dire que les Wedding ne se sont jamais réellement arrêté puisqu’il n’y a vraiment qu’un homme derrière les deux projets. De plus, Simon Cleave, guitariste des Wedding sur la fin de leur première époque, a rejoint Cinerama dès leur deuxième album, Disco Volante, en 2000. Il a de nouveau répondu présent pour le retour aux vieilles amours, co-signant au passage quelques titres. Cinerama était une version plus pop du groupe, notamment en raison de l’accompagnement au chant de Sally Murrell, compagne de David Gedge, dont le départ fut le principal prétexte pour redonner son nom d’origine au groupe…et ses lettres de noblesses.

Souvent critiqués (pour leurs titres assez similaires, leurs guitares noisy), mais jamais égalés, c’est en grande, très grande forme que reviennent les Wedding. Non seulement ‘Take Fountain’ nous offre un retour aux sources, mais David Gedge a su intelligemment peaufiner son style en lui apportant quelques pincées pop héritées de Cinerama. Si l’excellent single qui introduit l’album, ‘Interstate 5’, est du plus pur style Wedding avec ses guitares saturées, il se termine par un passage de deux minutes dans un style qui doit plus aux western mis en musique par Ennio Morricone que du rock indépendant, ce qui n’est pas sans rappeler quelques passages de Disco Volante.

Les thèmes chers au chanteur de Leeds sont toujours là : les chansons d’amour, le plus souvent tristes. Selon John Peel, le fameux animateur radio décédé récemment, David Gedge est l’un des meilleurs songwriter anglais. Cet album sera d’ailleurs dédié à ce dernier. L’ambiance générale se veut donc plus calme que par le passé (‘Always The Quiet One’, ‘I’m From Further North Than You’, ‘Don’t Touch That Dial’ – qui est aussi un single de Cinerama – ‘Queen Anne’ et enfin ‘Perfect Blue’). Pas un temps mort dans toutes ces ballades, impressionnant. Et puis quelques réminiscences du passé, notamment avec ‘Ringway To Seatac’ et ses guitares rapides, ainsi que ‘It’s Not You’, qui aurait très bien pu figurer sur le fameux ‘Seamonsters’.

Sans aucun doute, le groupe se bonifie avec l’âge, diversifie ses compositions et bénéficie aujourd’hui d’une production digne de leur talent. David Gedge offre ici une véritable leçon de musique au p’tits jeunes. Magnifique.

Titres conseillés : Interstate 5, Always The Quiet One, Ringway To Seatac, Don’t Touch That Dial, It’s Not You, Queen Anne, Perfect Blue.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Top