Vous êtes ici
Accueil > Actualités > Chroniques express #15 : Ava Vegas, Temps Calme, Mammút, Matt Berninger, The Magic Gang…

Chroniques express #15 : Ava Vegas, Temps Calme, Mammút, Matt Berninger, The Magic Gang…

AVA VEGASTEMPS CALMEMAMMÚTMATT BERNINGERTHE MAGIC GANG

AVA VEGAS - Ava Vegas (2020) TEMPS CALME - Circuit (2020) MAMMÚT - "Ride The Fire" (2020) MATT BERNINGER - Serpentine Prison (2020) THE MAGIC GANG - Death of the Party (2020)


AVA VEGAS - Ava Vegas (2020)

AVA VEGAS – Ava Vegas (Allemagne – Songs by Night – 13 novembre 2020)

Chanteuse allemande originaire de Göttingen, Ava Vegas a passé la plus grande partie de sa jeunesse à Ibiza et c’est indirectement de là que vient son pseudonyme, tiré d’un titre de Nico (« Vegas ») qui a elle aussi vécu là-bas jusqu’à sa mort en 1988. C’est également bien d’elle qu’elle tient une partie de son inspiration, et non du cadre plutôt festif dans lequel elle a grandi. Son premier album est une belle collection de chansons Indie Pop arty, subtiles et rêveuses, souvent portées par des claviers mais parfois plus Folk comme « Mein Mann » interprété en allemand. Partie à Berlin pour étudier l’architecture à l’université des arts, c’est finalement dans la musique que ses visions prennent aujourd’hui vie, une autre façon de construire une carrière qui s’annonce d’ores et déjà bien solide.

https://www.facebook.com/avavegasbynighthttps://twitter.com/avavegasbynighthttps://www.instagram.com/avavegasbynight/



TEMPS CALME - Circuit (2020)

TEMPS CALME – Circuit (France – Chancy Publishing – 6 novembre 2020)

Temps Calme est un trio Lillois qui a vu le jour en 2018, mais dont les membres ont suffisamment d’expérience pour que leur premier album bénéficie déjà d’une grande aisance et d’une étonnante maturité. Composé d’Olivier Desmulliez à la guitare (Ed Wood Jr., l’Objet), Samuel Allain aux claviers (Black Bones) et Nicolas Degrande à la batterie (Roken Is Dodelijk, Louis Aguilar), Temps Calme dévoile un disque aux touches psychédéliques où guitares et claviers font bon ménage, notamment sur des titres tels que l’envoûtant « Solheimasandur », avant que « Bunny Breckinridge » ne vienne même flirter avec le Jazz. On pourrait du coup les cataloguer trop vite parmi les héritiers du Rock Progressif, mais la musique de ces trois-là fait passer le plaisir de l’écoute avant l’exercice de style. Des enfants de Pink Floyd, version Indie.

https://tempscalme.bandcamp.com/https://www.facebook.com/TempsCalmeMusic/



MAMMÚT - "Ride The Fire" (2020)

MAMMÚT – Ride the Fire (Islande – Karkari Records – 23 octobre 2020)

Depuis leur EP « River’s End » sorti en 2015, les Islandais de Mammút avaient affirmé leur ambition de se faire connaître à l’international en se mettant à chanter en anglais après trois albums dans leur langue natale, une aventure qui les a conduits à sortir l’excellent « Kinder Versions » deux ans plus tard. Enregistré entre Londres et l’Islande (et produit par Arni Hjorvar de The Vaccines), leur nouvel album conserve la richesse et la complexité de ses prédécesseurs.  La voix de Katrina Mogensen est toujours aussi fiévreuse, sous une atmosphère pesante et habitée. Malgré toutes ses qualités, ce disque peine toutefois à rivaliser avec l’excellence de « Kinder Versions » dont le charme était plus instantané, mais la complexité va bien à ces Islandais, et les écoutes répétées devraient rendre justice à leur imagination foisonnante et à leur vision intransigeante.

Interview – Paris, samedi 2 décembre 2017
Chronique de « Kinder Versions » (2017)
http://www.mammut.is/ https://www.facebook.com/mammutmusic https://twitter.com/mammutband



MATT BERNINGER - Serpentine Prison (2020)

MATT BERNINGER – Serpentine Prison (Etats-Unis – Concord Records – 16 octobre 2020)

Matt Berninger, chanteur de The National, s’était distingué en 2015 avec un projet parallèle, le ‘supergroupe’ EL VY dont l’unique album avait été une belle réussite. Mais il dévoile aujourd’hui un disque bien à lui, qui illustre son envie de liberté et de s’imposer comme singer-songwriter, de ne pas être seulement la voix de The National. De nombreux invités participent néanmoins à cet album, dont Andrew Bird, et même trois membres de The National ! Mais le résultat se détache bien de son groupe, plus acoustique et personnel, souvent très beau (« One More Second ») et finalement plus passionnant dans sa simplicité que le dernier album pourtant ambitieux de son groupe qui a parfois tendance à trop intellectualiser ses compositions. La tonalité Country Folk de « Serpentine Prison », un disque produit par Booker T Jones, réussit particulièrement bien à Matt Berninger qui passe haut la main le délicat exercice de l’album solo.

https://mattberningerswebsite.com/https://www.facebook.com/mattberningerhttps://twitter.com/mattberninger



THE MAGIC GANG - Death of the Party (2020)

THE MAGIC GANG – Death of the Party (Angleterre – Warner Records – 28 août 2020)

Britpop is dead, long live Britpop! Il ne vous faudra en effet pas longtemps pour deviner d’où vient The Magic Gang. Avec leur Indie Rock avenant et coloré, ce groupe de Brighton marche dans les pas des formations qui ont tant fait vibrer le public britannique et bien au-delà durant les années 90. Nous les avions découverts en 2017 en première partie de Wolf Alice. Ils reviennent avec un nouvel album produit par Ben H. Allen (Deerhunter, Animal Collective), où l’influence des Arctic Monkeys ou des Vaccines se fait sentir, mais avec une touche plus lyrique qui nous convainc qu’ils ont dû aussi beaucoup écouter The Smiths, Morrissey, ou Gene… Un bel album auquel il manque peut-être encore une touche personnelle, malgré quelque vrais moments de grâce (« Think », « What Have You Got To Lose »)…

https://www.themagicgang.co/https://www.facebook.com/TheMagicGang/https://twitter.com/_themagicgang

Laisser un commentaire

Top