Vous êtes ici
Accueil > Actualités > Chroniques express #3 : The National, Big Thief, Wy, Shana Cleveland…

Chroniques express #3 : The National, Big Thief, Wy, Shana Cleveland…

THE NATIONALBIG THIEFWYSHANA CLAVELANDROSE ELINOR DOUGALL

THE NATIONAL - I Am Easy To Find (2019) BIG THIEF - U.F.O.F. (2019) WY - Softie (2019) SHANA CLEVELAND - Night of the Worm Moon (2019) ROSE ELINOR DOUGALL - A New Illusion (2019)

 


THE NATIONAL - I Am Easy To Find (2019)THE NATIONAL – I Am Easy To Find  (Etats-Unis – 4AD – Beggars  – 17 mai 2019)

Avec leur dernier album en date, « Sleep Well Beast », les membres de The National avaient décidé de casser un peu leur formule pour introduire de nouvelles sonorités plus électroniques et donner un parfum de renouveau à leur musique. Cet exercice aura eu du bon puisque « I Am Easy to Find » n’a rien d’un retour en arrière et met en lumière les voix superbes des chanteuses Lisa Hannigan, Sharon Van Etten, Mina Tindle et Kate Stables de This Is The Kit. Le résultat évolue entre moments plein de grâce et intermèdes plus atmosphériques qui n’empêche pas cette album concept d’éviter quelques longueurs du haut de ses 63 minutes, mais se bonifie à chaque écoute.

http://www.americanmary.comhttp://www.facebook.com/thenationalofficialhttp://twitter.com/TheNational



BIG THIEF - U.F.O.F. (2019)

BIG THIEF – U.F.O.F. (Etats-Unis – 4AD – Beggars – 3 mai 2019)

En trois ans seulement, le groupe américain Big Thief sera passé du stade de meilleur espoir à groupe phare de la planète Indie. Il en faudrait pourtant plus pour déstabiliser l’assurance de ces quatre-là, et surtout de leur chanteuse Adrienne Laker qui porte littéralement cet album avec sa voix qui maîtrise à merveille les chuchotements, et même lorsqu’elle crie sur le final de « Contact ». Big Thief se fiche bien des étiquettes et nous sort un album plus Folk, absolument magique sur « Cattails », et toujours aussi posé lorsque les guitares électriques prennent le dessus sur « Jenni ». Une œuvre susurrée du bout des lèvres qui voit le groupe explorer de nouveaux horizons.

http://www.bigthief.net/ https://www.facebook.com/bigthiefmusichttps://twitter.com/bigthiefmusic



WY - Softie (2019)

WY – Softie (Suède – Beatnik Creative – 30 avril 2019)

Duo originaire de Malmö et couple dans la vie, Ebba et Michel ont formé Wy en 2015 et sorti en 2017 un premier album intitulé « Okay » sur fond de guitares éthérées. La Pop rêveuse du groupe prend aujourd’hui son envol grâce à ce second album de haute tenue qui reprend les mêmes ingrédients mais bénéficie de refrains plus marquants, notamment le single « Pavements » au parfum 80’s, les très Shoegaze « Tired II » et « Have You Ever Been In Love », sans oublier l’impeccable Pop New Wave du titre qui donne son nom à ce disque, « Softie »

https://www.facebook.com/wearewy/
https://twitter.com/weare_wy



SHANA CLEVELAND - Night of the Worm Moon (2019)

SHANA CLEVELAND – Night of the Worm Moon (Etats-Unis – Hardly Art – 5 avril 2019)

Rien ne laissait présager après avoir écouté le Surf Rock de son groupe, La Luz, que Shana Cleveland se transformerait en sirène Folk capable de créer un univers rétro qui doit beaucoup au psychédélisme des 60’s et évoque étrangement aussi la poésie de Simon and Garfunkel. Enregistré pendant l’éclipse solaire de 2017, et s’inspire de l’afro-futurisme, de la science-fiction et de la vie quotidienne surréaliste à Los Angeles. Le résultat est hors du temps, comme si cette éclipse lui avait ouvert les portes d’une autre dimension dans laquelle elle nous entraîne sans mal avec des titres tels que « Face Of The Sun » et « Don’t Let Me Sleep ».

http://www.shanacleveland.com/https://www.facebook.com/crawdadcleveland/https://twitter.com/shannacleveland



ROSE ELINOR DOUGALL - A New Illusion (2019)

ROSE ELINOR DOUGALL – A New Illusion (Royaume-Uni – Vermillion – Republic of Music – 5 avril 2019)

Avec “Stellular” sorti en 2017, Rose Elinor Dougall marquait un flamboyant retour après de nombreuses années d’absence. « A New Illusion » est un peu l’antithèse de son prédécesseur qui était porté sur les claviers et arrangement électroniques. Plus acoustique et orchestral, ce troisième opus est l’occasion pour la chanteuse originaire de Brighton de se mettre à nu avec des chansons plus intimes, peut être moins directes que par le passé mais qui frôlent parfois des sommets d’émotion sur les vibrants « That’s Where The Trouble Started », « A New Illusion » ou le magnifiquement posé « First Sign ». Un disque personnel et raffiné.

https://www.facebook.com/roseelinordougall/ https://twitter.com/rosedougall


Laisser un commentaire

Top