Vous êtes ici
Accueil > Actualités > PORRIDGE RADIO – Every Bad (2020)

PORRIDGE RADIO – Every Bad (2020)

PORRIDGE RADIO - Every Bad (2020)1. Born Confused
2. Sweet
3. Don’t Ask Me Twice
4. Long
5. Nephews
6. Pop Song
7. Give/Take
8. Lilac
9. Circling
10. (Something)
11. Homecoming Song
Music

Date de sortie : 13 mars 2020 / Label : Secretly Canadian / Pays d’origine : Royaume-Uni

Avez-vous remarqué que les groupes qui font le buzz sont souvent nés dans une chambre ? Rock (Soccer Mommy, Girl In Red), Folk (Billie Marten), Pop (Clairo)… le « fait-maison » semble avoir le vent en poupe ! Et Porridge Radio est un exemple de plus de cette belle dynamique. Né dans la chambre de Dana Margolin où elle a commencé à faire de la musique seule, ce groupe de Brighton avait déjà sorti un premier album en 2016, « Rice, Pasta And Other Fillers » sur le petit, label Memorials of Distinction, mais c’est grâce à sa signature sur Secretly Canadian l’an dernier que le buzz a vraiment commencé à monter.

Il faut dire que la voix criarde et plaintive de Dana Margolin ne laisse pas de marbre, dans un sens ou dans l’autre, et les premiers singles dévoilés démontraient l’envie d’en découdre de ce jeune groupe, notamment « Lilac » qui, avec sa construction en crescendo et son atmosphère torturée résume bien toute la passion de son interprète qui donne beaucoup d’elle-même dans ses compositions. Accompagnée de la bassiste Maddie Ryall, du claviériste Georgie Stott et du batteur Sam Yardley, elle semble mener ce projet à bout de bras et l’écraser de sa rage et de ses tourments sur des morceaux tels que « Sweet ».

Mais à la différence de son premier album, Porridge Radio a bénéficié de la production experte de Jennifer Decilveo, une ingénieure dont la renommée ne cesse de monter depuis ses collaborations qui vont de la Pop au Rock avec, entre autres, Bat For Lashes, Hinds, Albert Hammond Jr. Ou Rae Morris. Mais ici c’est indéniablement le Rock qui l’emporte. Si « Sweet » joue habilement avec les harmoniques de guitare à la façon d’un 10 :15 Saturday Night de The Cure, le reste de l’album est neveux, fougueux et surtout direct. C’est le cas du coléreux et tranchant « Don’t Ask Me Twice ». Mais Porridge Radio a plus que des guitares saturées à nous proposer. Les deux derniers titres de l’album mettent en avant claviers 80’s et vocoder qui tranchent particulièrement avec le reste de l’album. Avec « Give / Take » et « Circling » le groupe opte pour une approche musicalement moins sombre qui offre un bon équilibre aux paroles douces amères de Dana Margolin.

Si les refrains répétés à de nombreuses reprises et ce chant teinté de folie peuvent paraître par instant anxiogènes, c’est aussi dans cette approche sans concession que Porridge Radio trouve son identité. Une voie qui n’a rien de toute tracée mais qui devrait permettre au groupe de Brighton de gagner ses lettres de noblesse.

Pour plus d’infos :

https://porridgeradio.com/
https://www.facebook.com/porridgeradio/
https://twitter.com/porridgeradio

Vous aimerez aussi…

Laisser un commentaire

Top