Vous êtes ici
Accueil > Chroniques > SALAD UNDRESSED – Good Love Bad Love (2018)

SALAD UNDRESSED – Good Love Bad Love (2018)

SALAD UNDRESSED - Good Love Bad Love (2018)1. Being Human
2. Evergreen
3. Relationship Dust
4. Nowhere Near
5. Door
6. I Love The Doctor
7. Moonshine
8. We’ll Never Meet
9. Princes & Fools
10. Blue Cold Eyes
11. Hyacinth
12. Fine

Date de sortie : 27 avril 2018 / Label : 3 Bean Records – PledgeMusic / Pays d’origine : Royaume-Uni

En début d’année dernière, nous avions rédigé un état des lieux de la Britpop, 20 ans après l’âge d’or des Blur, Pulp, Suede ou Oasis. Parmi les survivants, ou plutôt les revenants, apparaissait la moitié de Salad (d’où ce nom Salad Undressed), composé de Marijne Van Der Vlugt et du guitariste Paul Kennedy qui venaient d’entamer ensemble une tournée acoustique reprenant les bons vieux tubes du groupe. Les deux amis se sont tellement fait plaisir à relancer la machine qu’ils décidèrent d’enregistrer un album de nouvelles compositions, après avoir ravi leurs fans entretemps en sortant quelques archives dont « The Lost Album Vol. 1 » qui contenait de nombreux inédits, et « Aeroplane Sadness » de leur premier projet The Merry Babes qui rassemblait des enregistrements de 1987 à 1992.

Une mine d’or pour les fans, mais le vrai challenge résidait surtout dans la réussite de ce « Good Love Bad Love », car il est difficile de revenir 20 ans plus tard avec une efficacité intacte, quelle que soit l’envie. On peut au moins mettre en commun l’enthousiasme de toutes les formations qui ont fait leur retour ces dernières années, et c’est une dynamique qui a plutôt bien porté ses fruits, notamment pour Slowdive, Ride et Lush.

Dès les premières notes de « Good Love Bad Love », on comprend que le groupe d’aujourd’hui ne saurait nous refaire un disque de Britpop produit de la même façon et avec le même son que dans les années 90. La guitare de Paul Kennedy est très présente, mais aussi souvent très acoustique (« Nowhere Near », « Door »), reflétant les conditions dans lesquelles les nouvelles chansons ont vu le jour. Une chose n’a pas changé en revanche, c’est le chant de Marijne Van Der Vlugt qui a gardé cette voix qui nous donne des frissons. C’est particulièrement réussi sur le single « Evergreen » qui pourrait aisément prendre une bonne place parmi les classiques du groupe. Mais la grande nouveauté, c’est qu’elle n’est pas la seule à chanter. Paul Kennedy la rejoint sur « Relationship Dust », « Moonshine » et « Hyacinth » avec un timbre grave qui tranche particulièrement avec celui de Marijne Van Der Vlugt. Il l’accompagne également sur de nombreux chœurs.

« Good Love Bad Love » est à l’image de ses créateurs, un album qui évoque forcément une certaine nostalgie d’une belle époque, mais qui ne se contente pas d’exploiter les mêmes ficelles que par le passé. Malgré ses quelques échos des années 90, c’est bien un disque actuel que nous propose Salad Undressed, avec suffisamment de savoir-faire et d’envie pour faire de ce comeback une réussite… On attend désormais Sleeper en 2019 !

Pour plus d’infos :

http://www.saladband.com/
https://www.facebook.com/Salad.90sBand/
https://twitter.com/Salad_Band
https://www.pledgemusic.com/projects/salad-undressed

Vous aimerez aussi…

SALAD - Drink Me (1995)SLEEPER - The It Girl (1996)ECHOBELLY - Anarchy and Alchemy (2017)

Laisser un commentaire

Top