Vous êtes ici
Accueil > Chroniques > CHERRY GLAZERR – Apocalipstick (2017)

CHERRY GLAZERR – Apocalipstick (2017)

CHERRY GLAZERR - Apocalipstick (2017)1. Told You I’d Be With The Guys
2. Trash People
3. Moon Dust
4. Humble Pro
5. Nuclear Bomb
6. Only Kid On The Block
7. Lucid Dreams
8. Sip O’ Poison
9. Nurse Ratched
10. Instagratification
11. Apocalipstick

Acheter sur Amazon.fr

Date de sortie : 20 janvier 2017 / Label : Secretly Canadian – Pias / Pays d’origine : Etats-Unis

Ne vous fiez pas aux apparences, avec cette pochette d’album haute en couleur, on pourrait prendre Cherry Glazerr pour un groupe de Pop ou d’Electro. On en est loin, très loin. Bien au contraire, ce quartet originaire de Los Angeles vient nous annoncer que l’année sera Rock, très Rock même, et surtout sans concessions.

Le groupe a vu le jour en 2012 lorsque Clementine Creevy, alors étudiante, commença à enregistrer des chansons dans sa chambre sous le nom de Clembutt. Elle forma alors un groupe composé du batteur Hannah Uribe et de la chanteuse Sophia Muller pour donner vie à ses chansons. Rejoint le bassiste Sean Redman, le quatuor a enregistré une première démo qui a retenu l’attention de Burger Records. Cherry Glazerr (un nom tiré de la journaliste locale de la radio NPR Cherry Glaser) a sorti une cassette de neuf chansons, « Papa Cremp » début 2013. Leur premier album, « Haxel Princess », est sorti en janvier 2014 chez Burger Records. On pouvait déjà entendre sur ce disque la promesse d’un futur brillant, il ne manquait qu’une production plus mordante et la maturité nécessaire au groupe pour passer au cap supérieur… Nous y voilà !

Maintenant signé chez Secretly Canadian, Cherry Glazerr rest parti enregistrer au Sunset Sound studio d’Hollywood avec à la production Joe Chicarrelli (The Strokes, My Morning Jacket, The White Stripes, The Shins) et Carlos De La Garza (Bleached, M83, Paramore). « Apocalipstick » (lipstick = rouge à lèvres en Anglais, d’où la pochette) est donc une véritable déferlante de guitares , d’énergie, mais aussi de second degré. Avec un esprit toujours très « Do It Yourself » le groupe joue fort, comme s’il était encore dans son garage, avec une flopée d’influences bien digérées allant des groupes Shoegaze et Noisy des années 90 au Grunge de Nirvana, en passant par une attitude Punk Rock incendiaire, façon Sleater-Kinney ou Blood Red Shoes. Le résultat est particulièrement excitant, dès ‘Told You I’d Be With The Guys’ dont le riff pourtant simple nous entraîne instantanément dans ce disque. La voie est alors toute tracée, ‘Apocalipstick’ dévoile une belle énergie live sur ‘Trash People’ ou ‘Moon Dust’, puis un break Dream Pop vient soudainement s’insérer sur le nerveux ‘Humble Pro’ (puis aussi de la même manière sur ‘Instagratification’ un peu plus loin). Et vient alors le bien nommé ‘Nuclear Bomb’ qui nous fait effectivement l’effet d’une bombe, avec son imparable refrain où guitare et clavier se rendent la pareille.

« Apocalipstick », c’est donc l’art de faire des tubes tout en restant totalement indépendant. Il sont légion sur ce disque, avec notamment, en plus des titres cités précédemment, ‘Lucid Dreams’, ‘Nurse Ratched’ et le final d’Apocalipstick . Voici le premier coup de massue d’une année qui devrait être Rock et féminine (on attend de pied ferme The Big Moon et Findlay). Album du mois… loin, très loin devant tous les autres !

Pour plus d’infos:

http://cherry-glazerr.com/
https://www.facebook.com/CherryGlazerr/
https://twitter.com/cherryglazerr

Vous aimerez aussi…

Articles similaires

Laisser un commentaire

Top