Vous êtes ici
Accueil > Chroniques > DILLY DALLY – Sore (2015)

DILLY DALLY – Sore (2015)

DILLY DALLY - Sore (2015)1. Desire
2. Ballin Chain
3. Snake Head
4. The Touch
5. Next Gold
6. Purple Rage
7. Get To You
8. Witch Man
9. Green
10. Ice Cream
11. Burned By The Cold

Acheter sur Amazon.fr

Date de sortie : 9 octobre 2015 / Label : Partisan Records / Pays d’origine : Canada

Décidément, les années 90 ne sont pas mortes. Alors que bon nombre de gloires du passé britanniques se reforment en grande pompe pour des tournées qui ravissent les fans (Ride, Lush), des albums inespérés (Blur, Suede), le phénomène identique ne semblait pas s’être produit avec autant de résonance de l’autre côté de l’Atlantique, malgré le premier album des Pixies depuis plus de 20 ans ou le retour sur scène de L7. C’est finalement chez la relève que l’on trouve enfin cette verve qui semblait avoir définitivement disparu avec la fin du XXème siècle. Place à une nouvelle génération jeune et pleine de fougue  qui redonne enfin un coup de fouet au Rock alternatif, et cette fois-ci des deux côtés de l’Atlantique.

Quoi de plus influent en Amérique que les Pixies, Nirvana ou les Breeders ? Dilly Dally semble l’avoir bien compris. Pourtant ce groupe ne vient pas des Etats-Unis mais de Toronto au Canada. En revanche le chant de  Katie Monks rappelle étrangement celui de Courtney Love avec Hole, surtout vers les débuts du groupe lorsqu’il avait encore une attitude très Grunge, à l’époque de ‘Miss World’ ou ‘Doll Parts’ plutôt que de ‘Celebrity Skin’. Il y a indéniablement de cela chez ce jeune groupe, tout comme l’influence des groupes cultes US cités précédemment (le jeu de guitare de ‘Purple Rage’ ou le refrain de ‘Get To You’ font particulièrement penser aux Pixies).

Il n’y a pas de doute, nous assistons aujourd’hui à une forme de revival, incarné par des groupes comme Wolf Alice, Superfood, Speedy Ortiz, Girls Names, Bleeding Rainbows… et si la voix éraillée de Katie Monks apporte beaucoup de crédit à ce projet la qualité de ce disque ne se cantonne fort heureusement pas seulement à cela. Certes, Dilly Dally pompe généreusement dans un répertoire qui a déjà fait ses preuves, mais il le fait avec la manière. On ne saurait reprocher à cet album de manquer d’inspiration ni d’authenticité.

Comme d’autres groupes de son époque à l’image de Speedy Ortiz qui fait pour sa part revivre un Rock un peu plus déjanté à la manière de Pavement, Dilly Dally ne cache pas ses influences mais n’a en même temps rien à envier à ses illustres aînés, car tous les ingrédients sont ici réunis pour nous convaincre qu’il s’agit là d’un disque qui vient du cœur, bien plus que toute hypothétique forme d’opportunisme. A écouter en secouant la tête, sans nostalgie.

Titres conseillés : Desire, Ballin Chain, Purple Rage, Get To You, Witch Man, Green, Ice Cream

Pour plus d’infos :

http://www.dillydallyband.com/
https://www.facebook.com/DillyDallyTO
https://twitter.com/dillydallyto

Vous aimerez aussi…

Articles similaires

Laisser un commentaire

Top