Vous êtes ici
Accueil > Chroniques > FANFARLO – Let’s Go Extinct (2014)

FANFARLO – Let’s Go Extinct (2014)

FANFARLO - Let’s Go Extinct (2014)1. Life in the Sky
2. Cell Song
3. Myth of Myself (A Ruse to Exploit Our Weaknesses)
4. A Distance
5. We’re the Future
6. Landlocked
7. Painting with Life
8. Grey and Gold
9. The Beginning and the End
10. Let’s Go Extinct

Acheter sur Amazon.fr

Date de sortie : 10 février 2014 / Label : New World Records – La Baleine / Pays d’origine : Etats-Unis

‘Reservoir’, le premier album de Fanfarlo avait été pour nous un grand, très grand coup de cœur. Du coup lorsque la suite est arrivée, on attendait beaucoup de ce talentueux groupe qui semblait tombé de nulle part et chez qui on voyait déjà un digne successeur d’Arcade Fire. Mais malgré un très bon single (‘Deconstruction’), ‘Rooms Filled With Light’ n’avait pas rempli toutes ses promesses.  Avec un second disque moins surprenant, Fanfarlo peinait à réitérer le coup d’éclat de ses débuts.

C’est peut-être pour cela que nos attentes étaient moindres cette fois-ci et que nous avons abordé l’écoute de ‘Let’s Go Extinct’ sans attente particulière. Mais cette fois la surprise est plutôt bonne. Le groupe lui-même s’est sans doute posé la question à un moment donné de la direction musicale qu’il lui fallait emprunter, et ce nouvel opus apporte beaucoup d’éléments de réponse. C’est un virage Pop pour les Londoniens qui nous délivrent aujourd’hui un disque beaucoup plus lumineux et enjoué. Mais ils n’ont pas oublié en route les ingrédients qui avaient fait jusqu’ici toute leur originalité, à savoir introduire dans leur Indie Rock des cuivres, des violons, une flûte, et  autant d’éléments possible pour insuffler à leurs compositions une instrumentation riche et variée.

De ce point de vue, ‘Life in the Sky’, le premier titre de l’album, résume bien tous ces éléments. Tout en évoluant dans une ambiance très Pop, en mettant particulièrement en avant des claviers que l’on entendra beaucoup tout au long du disque, et pas mal d’effets sonores (chorus sur le chant et certains instruments), cette chanson s’offre le luxe de faire office de single imparable malgré ses 6’13 au compteur.

Une sorte de Pop progressive particulièrement réjouissante, et c’est bien dans ce domaine que Fanfarlo a décidé d’évoluer aujourd’hui. On retrouve ainsi cette touche sur la plupart des chansons de l’album. Une certaine légèreté qui les rapproche plus aujourd’hui de la Pop anglo-saxonne qui n’était pas forcément caractéristique de leur musique jusqu’ici. ‘Myth of Myself (A Ruse to Exploit Our Weaknesses)’ évoque fortement le lyrisme de Gene, avec en prime des arrangements riches et variés. D’autres passages semblent très marqués par les années 80, comme le plutôt dansant ‘A Distance’ qui bénéficie d’un irrésistible refrain. Le groupe poursuit d’ailleurs dans cette direction sur un ‘Landlocked’ aussi léger que les tubes de Two Door Cinema Club.

Il faudra attendre le dernier quart de l’album pour trouver des chansons plus calmes, dont le somptueux ‘Painting With Life’ qui rappelle étrangement certaines chansons de The Divine Comedy. Mais ce que l’on retiendra surtout, c’est combien Fanfarlo semble avoir pris plaisir à faire ce disque. Ce plaisir s’entend, et surtout, il se partage. Cette Pop bercée de poésie leur va comme un gant.

Titres conseillés : à peu près tous!

Pour plus d’infos :

Lire la chronique de ‘Rooms Filled With Light’ (2012)
Lire la chronique de ‘Reservoir’ (2009)
Galerie photos du concert à la Maroquinerie, Paris, jeudi 21 janvier 2010

http://www.fanfarlo.com/
http://www.facebook.com/fanfarlo
http://twitter.com/fanfarlomusic

Vous aimerez aussi…

FANFARLO - Reservoir (2009)OF MONSTERS AND MEN - My Head Is An Animal (2012)TWO DOOR CINEMA CLUB - Tourist History (2010)

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Top