Vous êtes ici
Accueil > Chroniques > THE GOON SAX – We’re Not Talking (2018)

THE GOON SAX – We’re Not Talking (2018)

THE GOON SAX - We’re Not Talking (2018)1. Make Time 4 Love
2. Love Lost
3. She Knows
4. Losing Myself
5. Somewhere In Between
6. Strange Light
7. Sleep EZ
8. We Can’t Win
9. A Few Times Too Many
10. Now You Pretend
11. Get Out
12. Til The End

Date de sortie : 14 septembre 2018 / Label : Wichita Recordings – Pias / Pays d’origine : Australie

Melbourne est peut-être devenue la capitale musicale de l’Australie, mais il n’y a pas que là que les choses bougent. Deux ans après « Up to Anything », un disque qui avait placé The Goon Sax, trio originaire de Brisbane (d’où vient également Hatchie), parmi les meilleurs espoirs Indie du pays, l’heure est venue pour le groupe de se retrousser les manches et de montrer où son ambition et son inspiration pouvaient l’emmener.

Il ne faudra pas bien longtemps avant de se rendre compte que « We’re Not Talking » est l’un de ces petits bijoux faits maison qui échappent aux figures imposées de la mode et du temps. Un peu Post Punk, Indie, Lo-Fi, parfois même orchestral, ce nouvel album ne cache jamais ses richesses, et il nous les colle d’emblée droit dans les oreilles, avec un départ au quart de tour sur « Make Time 4 Love » porté par le chant sans fards de Louis Foster fait des merveilles. Son papa n’est autre que Robert Foster des Go-Betweens, groupe historique de la scène de Bisbane, autant dire que le jeune homme est donc allé à la bonne école.

Avec l’atmosphère Post Punk de l’impeccable « She Know » le trio prend un accent plus anglais qu’australien. En fait tout le monde chante à l’unisson : James Harrison partage la vedette avec Louis Foster alors que Riley Jones assure les chœurs, ou prend le lead sur « Strange Light ». Mais c’est plutôt de cœur dont on a envie de vous parler sur « We’re Not Talking », car cet album n’en manque pas. Son assemblage de titres bricolés (« Losing Myself », « Somewhere In Between ») tranchent avec l’instrumentation plus ample de « Love Lost », ce qui confère à l’ensemble un équilibre fragile et touchant, celui d’un groupe qui vous donne l’impression de jouer dans son garage, juste pour vous (sur « Get Out » qui fait beaucoup penser aux fantaisies de Pavement), tout en étant capables de vous décocher un tube le temps de le dire, avec une simplicité et une authenticité qui devraient faire école.

Pour plus d’infos :

https://chaptermusic.com/artist/the-goon-sax/
https://www.facebook.com/TheGoonSax/
https://twitter.com/thegoonsax

Vous aimerez aussi…

PHANTASTIC FERNITURE – Phantastic Ferniture (2018)COURTNEY BARNETT - Tell Me How You Really Feel (2018)DMA’s - Hills End (2016)

Laisser un commentaire

Top