Vous êtes ici
Accueil > À la une > FONTAINES D.C. – Skinty Fia (2022)

FONTAINES D.C. – Skinty Fia (2022)

FONTAINES D.C. - Skinty Fia (2022)1. In ár gCroíthe go deo
2. Big Shot
3. How Cold Love Is
4. Jackie Down the Line
5. Bloomsday
6. Roman Holiday
7. The Couple Across the Way
8. Skinty Fia
9. I Love You
10. Nabokov

Date de sortie : 22 avril 2022 / Label : Partisan Records – Pias / Pays d’origine : Irlande

Avec trois albums réussis en trois ans, on se demande bien qui pourrait bien arrêter Fontaines D.C. aujourd’hui. Ils nous l’avaient bien dit, dès leur premier single en 2019, qu’ils allaient être « grands » (Big). Et pourtant, si l’on y prête une oreille attentive, on s’aperçoit que la trajectoire fulgurante des Dublinois n’est pas seulement le résultat d’un revival Post-Punk qui leur va à ravir, mais d’une évolution réfléchie et parfaitement maîtrisée qui leur évite à chaque fois de tomber dans la répétition.

L’excellent « A Hero’s Death » avait eu le malheur de sortir dans un contexte miné par la crise du covid, et de ne pas bénéficier du soutien scénique qu’il méritait, ce qui ne les a pas empêchés d’être nommés aux Brits et aux Grammys. Il reflétait aussi un enfoncement progressif vers une atmosphère plus sombres et torturée qui semblerait presque légère aujourd’hui à l’écoute de « Skinty Fia », un vieux juron irlandais qui se traduit par « la damnation du cerf ». Il fait référence au cerf géant irlandais, une espèce éteinte dont le territoire s’étendait de l’Irlande au lac Baïkal en Sibérie.

Gian Chatten utilise aujourd’hui ce terme le temps d’un titre, et indirectement de tout l’album, pour illustrer la dilution et la transformation de la culture irlandaise à l’étranger. Bref, un portrait de la mondialisation pour ce groupe qui chantait encore hier « Dublin City Sky » et rendait hommage à ses auteurs et ses poètes. Leur déménagement à Londres aurait pu les déraciner, mais c’est au contraire un regard inquiet et plein d’intérêt qu’ils portent sur leur Irlande natale, notamment sur le vibrant « I Love You » qui, sous ses apparences de chanson d’amour, retrace les difficultés et les heures sombres du pays, comme les décennies de brutalité envers les femmes au Mother and Baby Home à Galway, une maternité pour mères célibataires gérée par les sœurs de Bon Secours, un ordre de religieuses catholiques, ou tout simplement l’échec de ses partis politiques (« But this island’s run by sharks with children’s bones stuck in their jaws »…).

Cette chanson est probablement le point culminant d’un disque constamment sur le fil du rasoir, porté par des titres forts (« Jackie Down The Line », « Roman Holiday ») qui allient force textuelle et mélodique. En l’espace de trois ans seulement le groupe semble avoir déjà rattrapé tous ses maîtres pour devenir une référence du genre, des précurseurs du spleen Rock du XXIème siècle, et nous livrent aujourd’hui le meilleur album d’une discographie déjà de haut vol.

Pour plus d’infos :

Chroniques :

A Hero’s Death (2020)
Dogrel (2019)

Le Point Ephémère, Paris, lundi 22 avril 2019 : galerie photos

http://fontainesband.com/
https://www.facebook.com/fontainesband/
https://twitter.com/fontainesdublin

Vous aimerez aussi…

Laisser un commentaire

Top