Vous êtes ici
Accueil > Chroniques > FLORENCE + THE MACHINE – Lungs (2009)

FLORENCE + THE MACHINE – Lungs (2009)

FLORENCE + THE MACHINE - Lungs (2009)1. Dog Days Are Over
2. Rabbit Heart (Raise It Up)
3. I’m Not Calling You a Liar
4. Howl
5. Kiss With a Fist
6. Girl With One Eye
7. Drumming Song
8. Between Two Lungs
9. Cosmic Love
10. My Boy Builds Coffins
11. Hurricane Drunk
12. Blinding
13. You’ve Got the Love

Acheter sur Amazon.fr

Date de sortie : 3 juillet 2009 / Label : Island – Moshi Moshi Records / Pays d’origine : Royaume-Uni

On a tendance à dire qu’il y a, à la fin de chaque siècle et de chaque décennie, un certain bouillonnement dans les milieux artistiques, comme si la fin du monde était proche et qu’il fallait à tout prix graver son œuvre dans les mémoires collectives. A vrai dire en ce qui concerne les années 2000, on commençait à s’inquiéter un peu…. Oh des bons disques il y en a eu, mais des chefs-d’œuvre, c’est un peu plus rare. C’est en lisant un article qui invitait chaudement les fans de Bat For Lashes à se pencher sur Florence + The Machine que nous avons découvert ce phénomène, quelques jours à peine avant le raz de marée qui a suivi la sortie de son album en Grande Bretagne. Une comparaison juste mais qui n’ira pas plus loin que les apparences. Chacune est ‘hippie’ à sa manière. Alors que Miss Natasha Khan prendrait bien les chemins de Katmandou dans un camion à fleurs, Florence Welch semble en revanche évoluer dans un monde surnaturel, au milieu des elfes, des fées et des Leprechauns, en faisant même un petit détour par le cimetière.

Voilà pour le look, ou plutôt l’imagerie autour du personnage, mais musicalement elles n’ont qu’assez peu de choses en commun. Il y a tout d’abord la voix – formidable – de Florence Welch, dont le ton se rapproche de celui de Kate Nash (notamment sur le caustique ‘Kiss With A Fist’), mais elle bénéficie en outre d’un ‘coffre’ impressionnant. ‘Lungs’, le bien nommé. En effet celle-ci porte littéralement son oeuvre avec toute la force de ses poumons (comme sur le final de ‘Girl With One Eye’, ou les refrains de ‘I’m Not Calling You A Liar’ où se révèle le côté plus Soul de sa voix), car ce premier opus déborde d’énergie. C’est donc avec une certaine fougue que démarre l’album sur ‘Dog Days Are Over’, un titre sur lequel se mettent déjà en place les éléments clés de cette réussite : l’utilisation de la mandoline et de la harpe, les chœurs… supports parfaits au lyrisme de Florence + The Machine. Et puis il y a un son qui rappelle un peu celui des années 80, résultant certainement du travail à la production de  James Ford (Klaxons, Arctic Monkeys, Last Shadow Puppets) Paul Epworth (Bloc Party, Jack Penate, Maximo Park), et Steve Mackey (Pulp, The Long Blondes, M.I.A.). Et le résultat est très, très accrocheur.

Voici donc un disque plein d’intensité, aux hymnes imparables, dont ‘Rabbit Heart (Raise It Up)’ sur lequel on frôle la comparaison avec Kate Bush, mais à la différence de son illustre aînée, l’aspect atmosphérique des ses titres n’est ici qu’une façade : à chaque fois déboule un refrain qui vous prend aux tripes, les meilleurs exemples étant ‘Drumming Song’ et surtout l’incroyable ‘Cosmic Love’ sur lequel la voix de Florence Welch nous donne des frissons de plaisir. Il nous fait aussi comprendre le secret de ‘la machine’ de Florence : la plupart des morceaux sont construits en crescendo, une montée en puissance avec presque à chaque fois un début acoustique autour duquel elle tisse peu à peu sa toile avant l’explosion des chœurs et des refrains. D’autres morceaux comme le single ‘Kiss With A Fist’ sont néanmoins ‘Rock’ de bout en bout Les textes parlent quant à eux de fantômes, de malédictions, de la lune, des étoiles, d’amour ‘cosmique’ – bien sûr – et même de cercueils, non sans humour sur ‘My Boy Builds Coffins’ notamment :

“My boy builds coffins he makes them all day
But it’s not just for work and it isn’t for play
He’s made one for himself
One for me too
One of these days he’ll make one for you”

Si aujourd’hui les articles sur notre nouvelle égérie se font encore rares en France, elle devrait certainement mettre la critique et le public à ses pieds ici aussi dans les mois qui viennent. Pour une fois, le buzz lancé par NME l’an dernier au sujet de cet artiste n’était pas qu’un feu de paille. Voici une forte personnalité qui risque d’en irriter plus d’un. Mais si vous êtes amateurs de tout ce qui est à la fois créatif et décalé mais très Pop, c’est-à-dire dans les pas de Kate Bush, de Tori Amos ou même de Feist, cet album est fait pour vous. La bonne nouvelle est que Florence + The Machine semble déjà dépasser de loin toutes ses influences avec son premier album. Sa musique est une invitation au voyage, elle vous emmène avec elle et semble surtout être très bien partie pour faire de ‘Lungs’ l’album de l’année 2009. Un joyau qu’il sera bien difficile de surpasser, déjà incontournable et essentiel. Une révélation. Allez Florence, on l’accorde rarement, mais tu as bien mérité tes 10 étoiles sur Stars Are Underground.

Titres conseillés: tous! Et plus particulièrement Dog Days Are Over, Rabbit Heart (Raise It Up), Drumming Song, Between Two Lungs, Cosmic Love

Pour plus d’infos:

http://florenceandthemachine.net/
http://www.facebook.com/florenceandthemachine
https://twitter.com/flo_tweet
http://www.myspace.com/florenceandthemachine

Articles similaires

Laisser un commentaire

Top