Vous êtes ici
Accueil > Chroniques > HINDS – I Don’t Run (2018)

HINDS – I Don’t Run (2018)

HINDS - I Don’t Run (2018)1. The Club
2. Soberland
3. Linda
4. New For You
5. Echoing My Name
6. Tester
7. Finally Floating
8. I Feel Cold But I Feel More
9. To The Morning Light
10. Rookie
11. Ma Nuit

Date de sortie : 6 avril 2018 / Label : Lucky Number – La Baleine / Pays d’origine : Espagne

En 2016, les quatre madrilènes de Hinds (Carlotta Cosials, Ana Perrote, Ade Martin et Amber Grimbergen) débarquèrent avec un disque plein de fraîcheur qui sentait bon l’air du temps, et leur avait rapidement permis de se faire une belle renommée autant par leur enthousiasme que par leur côté un peu branché. Il y a quelque chose de particulièrement attachant dans leur musique. Néanmoins, on pouvait tout de même se demander jusqu’où irait ce projet, car il dégageait aussi une certaine forme d’amateurisme qui ne manquait pas de charme mais il allait bien évidemment falloir élever le niveau pour leur permettre d’être un peu plus que « le groupe du moment ».

Bonne nouvelle, « I Don’t Run » sonne un peu comme la suite de « Leave Me Alone », mais avec une nette progression dans le jeu et dans la production. Juste ce qu’il faut pour que Hinds demeure un groupe à l’identité toujours clairement indépendante, tout en nous démontrant qu’elles sont capables de composer des titres convaincants, dotés d’une joie et d’une vigueur fédératrices, interprétés avec ferveur et souvent en chœur à l’image de « Soberland » – sur lequel elles n’ont pas l’air si sobres que ça !

Pour l’enregistrement, le groupe a coproduit l’album avec Gordon Raphael (The Strokes, Regina Spektor) et confié le mixage à Shawn Everett (Alabama Shakes, Perfume Genius, The War On Drugs). Là aussi le résultat s’en ressent, le son est plus net (et évoque effectivement The Strokes sur « The Club ») sans perdre pour autant le côté brut qui caractérisait le son du groupe à ses débuts. L’ensemble est aussi plus nuancé avec des titres plus posés tels que « Linda ». Mais surtout on garde mieux en tête leurs compositions, comme « I Feel Cold But I Feel More » qui possède également une part de mélancolie, ce qui ne l’empêche pas d’être l’un des morceaux les plus efficaces du disque. Avec un final bien senti, « Ma Nuit », interprété en espagnol et en français, et enregistré à la volée – on pose le micro et on joue le morceau live dans un pièce – Hinds nous persuadent une bonne fois pour toutes que leur musique a gagné en profondeur et en variété tout en restant fun de bout en bout. Bref, la progression est énorme.

Pour plus d’infos :

http://www.hindsband.com/
https://www.facebook.com/hindsband
https://twitter.com/hindsband

Vous aimerez aussi…

MOURN - Mourn (2014)DREAM WIFE - Dream Wife (2018)HONEYBLOOD - Babes Never Die (2016)

Laisser un commentaire

Top