Vous êtes ici
Accueil > Chroniques > HINDS – The Prettiest Curse (2020)

HINDS – The Prettiest Curse (2020)

HINDS - The Prettiest Curse (2020)1. Good Bad Times
2. Just Like Kids (Miau)
3. Riding Solo
4. Boy
5. Come Back And Love Me <3
6. Burn
7. Take Me Back
8. The Play
9. Waiting For You
10. This Moment Forever

Date de sortie : 5 juin 2020 / Label : Lucky Number – Mom + Pop / Pays d’origine : Espagne

Hinds est un groupe qui a toujours su s’attirer les faveurs de la presse indépendante et du public et de faire partie de ces quelques formations qui font inexorablement le buzz. D’ailleurs à leurs début ce succès était plus dû à leur image et leur attitude d’un « cool absolu » qu’à une profonde expertise musicale. Quoiqu’on en dise « Leave Me Alone » sorti en 2015 était un bien beau foutoir, tout comme leurs concerts déjantés et festifs à souhait. Deux ans plus tard « I Don’t Run » venait enfoncer le clou, et confirmait au passage qu’il était bien en train de se passer quelque chose du côté de Madrid.

Cette fameuse maîtrise, les quatre espagnoles l’avaient enfin acquise à force de tournée à travers le monde. Et les revoilà, quelques mois après avoir ouvert pour The Stokes à l’occasion de leur comeback – excusez du peu – avec un disque qui synthétise parfaitement leurs 9 années d’existence et leur mise en orbite depuis leur premier album.

« The Prettiest Curse » possède tout ce que l’on espérait d’un troisième de Hinds : désinvolte, culotté, ne manquant ni de couleurs à l’image de sa pochette, d’humour à travers son titre, oude gouaille. Des titres aux doux penchant Pop tels que « Boy » invitent alors l’auditeur à rejoindre cette fête à laquelle il est bien difficile de résister. Comme le raconte si bien « Just Like Kids (miau) », elles s’amusent comme des gamines et se fichent bien des éventuelles critiques et ne se prennent jamais au sérieux :

«  Can I tell you something about you and your band?
‘Cause I’m sure you’d love to listen to my advice
You’re always out of tune » (…)

En fin de compte, avec un tel concentré de bonne humeur et d’énergie communicative, notamment sur des morceaux particulièrement enjoués tels que « Burn », ce troisième album de Hinds s’avère être plus « a blessing than a curse » ! …

Pour plus d’infos :

Lire l’nterview de Hinds, Paris, lundi 23 avril 2018

Lire la chronique de « I Don’t Run » (2018)
Le Point Ephémère – Paris, lundi 23 avril 2018 : galerie photos

http://www.hindsband.com/
https://www.facebook.com/hindsband
https://twitter.com/hindsband

Vous aimerez aussi…

Laisser un commentaire

Top