Vous êtes ici
Accueil > Chroniques > LUCY DACUS – Historian (2018)

LUCY DACUS – Historian (2018)

LUCY DACUS - Historian (2018)1. Night Shift
2. Addictions
3. The Shell
4. Nonbeliever
5. Yours And Mine
6. Body To Flame
7. Timefighter
8. Next Of Kin
9. Pillar Of Truth
10. Historians

Date de sortie : 2 mars 2018 / Label : Matador Records – Beggars / Pays d’origine : Etats-Unis

Quand on pense que Lucy Dacus est arrivée dans la musique presque par hasard, on a du mal à y croire. Son premier album, « No Burden », n’avait pas été conçu dans une optique de carrière. C’était juste le projet sans prétention, enregistré en un jour, d’une étudiante en cinéma. Et voilà que les labels se l’arrachent, le prestigieux Matador Records rééditant le disque quelques mois après sa sortie originelle sur EggHunt Records . La maturité d’écriture et de composition de Lucy Dacus nous avaient impressionnés, surtout en sachant avec quelle rapidité cet album avait été réalisé.

Elle est aujourd’hui de retour avec un nouvel disque, « Historian », qui risque de faire beaucoup de bruit. Certes, les moyens ne sont plus les mêmes avec Collin Pastore à la production et John Congleton au mixage, mais il y a bien plus que cela. Ce nouvel album s’avère être beaucoup plus aventureux dans sa musique, tout en approfondissant les réflexions sur la vie de son auteure. « Night Shift », le titre d’ouverture, chanson d’amour désabusée, reprend un peu les choses là où « No Burden » les avait laissées, mais Lucy Dacus montre rapidement une envie d’aller beaucoup plus loin, elle s’écarte alors d’un schéma Rock classique pour doter ses compositions de nouvelles saveurs, comme les cuivres qui accompagnent « Addictions ».

Son chant s’est lui aussi affiné, et porte encore mieux la gravité et la détresse de ses chansons comme « The Shell » qui évoque la peur de la page blanche et la question si essentielle de l’inspiration pour un artiste. La chaleur de sa voix fait le reste, avec des intonations qui laissent deviner des influences musicales plus Blues et Soul sur « Yours and Mine » mais aussi sur « Timefighter » qui évolue vers un final particulièrement saturé mais toujours parfaitement maîtrisé, un régal pour les oreilles.

Elle n’a pas peur non plus des morceaux longs, qu’il s’agisse des 6 minutes 30 de « Night Shift » qui était tout de même le premier extrait dévoilé ou de « Pillar Of Truth » qui en fait encore une de plus avec une facilité déconcertante. On a l’impression de la voir en live, se faire plaisir et dérouler en toute simplicité, en laissant parler son corps et son cœur. C’est un disque plein de vie et sur la vie, qui reflète en même temps l’épanouissement artistique de Lucy Dacus, une grande artiste qui n’a pas fini de nous séduire avec la richesse de sa plume et de son chant.

Lucy Dacus sera en concert à l’Espace B  à Paris le 27 avril. Toutes les infos ici

Pour plus d’infos :

Lire la chronique de « No Burden » (2016)

Lire l’interview de Lucy Dacus – Paris, mercredi 26 octobre 2016
La Mécanique Ondulatoire – Paris – mercredi 26 octobre 2016 : galerie photos

http://lucydacus.com/
https://www.facebook.com/lucy.dacus
https://twitter.com/lucydacus

Vous aimerez aussi…

LUCY DACUS - No Burden (2016)BIG THIEF - Masterpiece (2016)PHOEBE BRIDGERS - Stranger in the Alps (2017)

Laisser un commentaire

Top