Vous êtes ici
Accueil > Chroniques > ME AND MY DRUMMER – The Hawk, The Beak, The Prey (2012)

ME AND MY DRUMMER – The Hawk, The Beak, The Prey (2012)

ME AND MY DRUMMER - The Hawk, The Beak, The Prey (2012)1. Phobia
2. Rain Kids
3. You’re a Runner
4. Mother Shell
5. Don’t Be So Hot
6. The Wings
7. Down My Couch
8. Heavy Weight
9. So Foreign
10. Runner (Reprise)

Acheter sur Amazon.fr

Date de sortie : 11 mai 2012 / Label : Sinnbus / Pays d’origine : Allemagne

Et voici notre deuxième coup de cœur allemand de l’année, quelques mois après le somptueux ‘Under The No Sky’ de Super700 : Me And My Drummer, un autre groupe qui nous vient donc de l’autre côté du Rhin et qui lui aussi se démarque grâce à une voix particulièrement envoûtante, celle de Charlotte Brandi, qui constitue la moitié de ce duo formé avec Matze Pröllochs.

On ne nage pourtant pas trop dans l’Indie Rock ici, mais plutôt dans une Electro Pop qui évoque beaucoup de choses, des musiques du monde façon Dead Can Dance sur les choeurs de ‘Phobia’ – le premier titre de l’album – à d’assez évidentes influences héritées du Trip Hop (‘You’re A Runner’ notamment, que l’on pourrait inscrire dans les pas de Lamb), en passant par la New Wave (‘Heavy Weight’) mais aussi un étonnant et audacieux intermède aux sonorités latines (‘Down On My Couch’).

Un clavier, une batterie, une voix, quelques arrangements : il suffit en fait de peu de choses à Me And My Drummer pour donner à ce premier album une forte personnalité. Il ne nous faudra d’ailleurs pas longtemps pour comprendre que cette force découle directement de l’incroyable qualité du chant de Charlotte Brandi. Il y a tout d’abord son timbre très chaud sur le refrain de ‘Rain Kids’, presque incantatoire, puis celui de ‘Mother Shell’ qui arrive vers la fin du morceau, où sa voix accompagnée de violons atteint des sommets en terme d’émotion, c’est particulièrement poignant. Il y a ensuite le single ‘Don’t Be So Hot’ à l’atmosphère plus Jazzy qui lui aussi explose sur la fin; ce type de crescendo semble être un atout commun aux différents morceaux du duo.

Mais quelle que soit l’approche, on ressent toujours quelque chose de très sombre et solennel se dégager des titres de Me & My Drummer. Sont-ce les choeurs de ‘The Wings’? La musique planante de ‘So Foreign’? Les orgues de ‘ Rain Kids’? C’est probablement un condensé de tout cela, mais c’est surtout une le fruit d’une belle complicité, l’alchimie d’un duo très inspiré qui s’entend à merveille, ce qui rend cette oeuvre particulièrement forte et profonde.

Pour plus d’infos :

http://www.meandmydrummer.com/
https://www.facebook.com/meandmydrummer
https://twitter.com/meandmydrummer

Vous aimerez aussi:

  • LAMB – 5 (2011)
  • GIANA FACTORY – Save The Youth (2012)
  • DILLON – This Silence Kills (2011)

LAMB - 5 (2011)GIANA FACTORY - Save The Youth (2012)DILLON - This Silence Kills (2011)

Articles similaires

Laisser un commentaire

Top