Vous êtes ici
Accueil > Chroniques > PJ HARVEY – The Hope Six Demolition Project (2016)

PJ HARVEY – The Hope Six Demolition Project (2016)

PJ Harvey - The Hope Six Demolition Project (2016)1. The Community Of Hope
2. The Ministry Of Defence
3. A Line In The Sand
4. Chain Of Keys
5. River Anacostia
6. Near The Memorials To Vietnam And Lincoln
7. The Orange Monkey
8. Medicinals
9. The Ministry Of Social Affairs
10. The Wheel
11. Dollar, Dollar

Acheter sur Amazon.fr

Date de sortie : 15 avril 2016 / Label : Island – Universal / Pays d’origine : Royaume-Uni

Il y a des artistes que l’on attend plus que d’autres, des fois en raison d’une trop longue absence, d’autres en raison du talent, autant d’éléments réunis chez PJ Harvey qui font de chacun de ses albums un événement. Il faut dire qu’elle avait placé la barre très haut sur « Let England Shake » il y a déjà 5 ans, un disque qui lui avait d’ailleurs valu un second Mercury Prize et fait d’elle la seule artiste à avoir obtenu deux fois ce trophée.

Mais avant de parler de « The Hope Six Demolition Project » nous avons pris notre temps, tout d’abord pour éviter un parti pris dénué d’objectivité résultant bien sûr de notre admiration pour la dame, mais aussi afin de mieux comprendre les réactions relativement mitigées à la découverte de ce nouvel album. A vrai dire, il y a de quoi se demander si nous avons écouté le même disque. La principale raison de cet accueil plutôt réservé résulte probablement du ‘classicisme’ de ce disque qui n’a rien de musicalement surprenant en soi, bien qu’il reprenne une partie de la recette qui avait si bien fonctionné sur son prédécesseur. C’est sûr, « The Hope Six Demolition Project » est peut-être moins étonnant et paraît moins risqué, quoique faire du sur place n’a jamais trop été la démarche de PJ Harvey. Il y a eu ce premier extrait en amont, ‘The Wheel’, qui laissait augurer le meilleur, un morceau direct mais aussi choral, et les chœurs jouent justement un rôle prépondérant sur l’album. Et c’est vrai, ce n’est pas la première fois qu’elle nous fait le coup, comme ’Black Hearted Love’ qui ouvrait « A Woman a Man Walked By », son deuxième disque en collaboration avec John Parish, une chanson qui surpassait tout le reste du disque et du coup on pouvait en ressortir légèrement frustré. Mais ce n’est pas là notre sentiment car cet album est bien plus homogène et remet en avant un instrument cher à PJ Harvey, le saxophone, qu’elle avait plutôt laissé de côté ces derniers temps.

Sans avoir pris le temps d’en étudier en profondeur les textes, nous la retrouvons donc avec des chansons au ton engagé, comme elle l’avait fait en égratignant l’Angleterre son précédent album, mais dans une oeuvre qui prend cette fois-ci la forme d’un carnet de voyages. On s’en rend vite compte à l’écoute de ‘The Ministry Of Defence’ ou ‘The Community Of Hope’, il est question de société, de (non)-solidarité, de politique, de guerres, de réfugiés (comme l’illustre bien le clip de ‘The Wheel’). Bref, si avec l’âge le discours de PJ Harvey a évolué vers des thèmes moins personnels et plus universels, elle n’a cependant rien perdu de son sens critique.

Avec son mariage de chœurs et d’instruments à vent l’album possède un côté ‘fait à l’ancienne’ particulièrement réussi, notamment sur des titres tels que ‘Chain Of Keys’. PJ Harvey va puiser dans le Blues (‘River Anacostia’ et ‘The Ministry Of Social Affairs’  notamment) et soudainement – mais on le savait déjà – on comprend qu’elle n’a pas besoin de crier pour se faire entendre. « The Hope Six Demolition Project » est un disque qui prend son temps, tout comme il en a fallu pour le réaliser, mais qui se dévoile au fil des écoutes et s’avère être de plus en plus passionnant. Tout est question de point de vue sans aucun doute, mais des albums en demi-teinte comme celui-ci, on aimerait en entendre plus souvent…

Pour plus d’infos :

Chroniques :

Let England Shake (2011)
A Woman A Man Walked By (2009)
White Chalk (2007)
The Peel Sessions 1991 – 2004 (2006)
Uh Huh Her (2004)
Stories From The City, Stories From The Sea (2000)
To Bring You My Love (1995)

L’Olympia, Paris, jeudi 24 février 2011 : compte-rendu
Lire le compte-rendu du concert au Bataclan, Paris, le dimanche 17 mai 2009
Lire le compte-rendu du concert au Zénith, le mercredi 23 juin 2004 / Galerie photos

http://www.pjharvey.net/
http://www.facebook.com/PJHarvey
https://twitter.com/pjharveyuk

Vous aimerez aussi…

PJ HARVEY - Let England Shake (2011)ANNA CALVI - One Breath (2011)TRIXIE WHITLEY - Porta Bohemica (2016)

Articles similaires

Laisser un commentaire

Top