Vous êtes ici
Accueil > Chroniques > THE DEARS – Times Infinity Volume One (2017)

THE DEARS – Times Infinity Volume One (2017)

THE DEARS - Times Infinity Volume One (2017)1. We Lost Everything
2. I Used To Pray For The Heavens To Fall
3. To Hold And Have
4. You Can’t Get Born Again
5. Times Infinity 1
6. Here’s To The Death Of All The Romance
7. Someday All This Will Be Yours
8. Face Of Horrors
9. Hell Hath Frozen In Your Eyes
10. Onward And Downward

Acheter sur Amazon.fr

Date de sortie : 10 février 2017 / Label : Dangerbird Records / Pays d’origine : Canada

Certains d’entre vous nous diront que le nouvel album de The Dears que nous allons vous présenter n’en est pas un, et ils n’ont pas tort. S’il ne voit le jour qu’aujourd’hui en France, il est sorti en septembre 2015 au Canada ! Il a donc mis une éternité à traverser l’Atlantique, et le groupe s’en justifie d’ailleurs en raison de toutes les difficultés qu’il a rencontrées à faire sortir ce disque en Europe, avec un « Volume 2 » qui devrait arriver bien plus tôt qu’on ne le croit…

Mais en attendant concentrons-nous sur ce « Volume One » qui vient (enfin !) succéder à « Degeneration Street » sorti en 2011. Ce n’est pas un scoop, Murray Lightburn est un poète de la Pop qui a toujours donné une place de choix au romantisme dans ses compositions, et ce nouvel album ne fait pas défaut à la règle. Le mot a été amplement utilisé par le groupe depuis ses débuts, de façon directe (sur l’inoubliable « 22 : The Death of All the Romance » notamment) et aujourd’hui sur le bien plus Rock « Here’s to the Death of All the Romance ». Mais chez The Dears le romantisme c’est aussi un état d’esprit, une façon d’être que l’on retrouve dans tous les aspects de leur musique.

The Dears a beau être un groupe de Rock, il y a toujours eu une teneur hautement poétique dans leur musique et dans leurs paroles. C’est peut-être le groupe qui sait le mieux parler d’amour, mais aussi de désillusions, avec David Gedge des Wedding Present. L’analyse des sentiments et des relations humaines est un thème récurrent chez The Dears, et l’instrumentation de chaque titre met en exergue les paroles de Murray Lightburn. Du coup, c’est une fois encore une œuvre pleine de lyrisme que nous dévoilent les canadiens, plus posée que l’album précédent, ce qui la rapproche un peu des classiques « No Cities Left » et « Gang Of Losers ». S’il n’égale pas forcément ses deux chefs-d’œuvre, « Times Infinity Volume One » s’en rapproche beaucoup et nous démontre qu’après plus de 20 ans d’existence, The Dears a encore beaucoup de choses à nous dire.  Majestueux.

The Dears sera en concert au Petit Bain à Paris le mercredi 22 février 2017 en compagnie de Plants & Animals. Tous les détails ici.

Pour plus d’infos :

Lire l’interview de The Dears, le mercredi 22 février 2017.

‘Degeneration Street’ (2011)
‘Gang Of Losers’ (2006)

http://www.thedears.org/
http://www.facebook.com/TheDears
https://twitter.com/thedears

Vous aimerez aussi…

THE DEARS - Degeneration Street (2011)STARS - Set Yourself On Fire (2005)DOVES - Some Cities (2005)

Laisser un commentaire

Top